Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La grève générale massivement suivie : Le taux de participation s’est élevé à 83,72% dans la Fonction publique et à 94% dans les collectivités territoriales




La grève générale dans la Fonction publique et les collectivités territoriales  a enregistré un franc succès. Selon un communiqué rendu public hier en fin de matinée par la Commission nationale constituée de la FDT, SNESUP, l’UMT, la CDT et l’UGTM, son taux de réussite au sein de la Fonction publique a atteint 83,72% et dans les collectivités territoriales, il est estimé à 94%.
Il s’agit certes de résultats préliminaires, précise ladite commission, collectés   auprès des différents départements ministériels et communes urbaines et rurales. Au niveau de ces dernières, il a même atteint 100 % notamment à Casablanca, Rabat, Oujda, Al Hoceima, Ouarzazate, Béni Mellal et bien d’autres villes. Un taux pareil a été enregistré au sein de nombreux établissements et administrations publiques.
La réussite de ce débrayage auquel ont adhéré massivement les fonctionnaires  de différents ministères dont l’Enseignement, la Santé,  l’Agriculture, les Finances, l’Equipement, les Affaires étrangères, l’Energie, entre autres, est venue confirmer, souligne le communiqué émanant des Centrales syndicales, le ras-le-bol général des fonctionnaires et traduire l’ampleur de la tension sociale  qui règne au sein de la Fonction publique et des collectivités territoriales.
Et de se demander si le gouvernement qui campe sur ses positions va tirer  les leçons de cette grève qui  s’inscrit dans le programme de lutte mené par le front syndical et revenir à la raison en ouvrant un dialogue sérieux et responsable à même de parvenir à des solutions garantissant les droits des fonctionnaires leur permettant de vivre dans de bonnes conditions et dignement .
Il y a lieu de rappeler que la décision de faire grève hier est intervenue après que les syndicats ont épuisé toutes les voies du dialogue responsable et entrepris toutes les démarches nécessaires pour amener le gouvernement à organiser des négociations collectives tripartites sérieuses et productives, d’autant que ce dernier a préféré faire fi des revendications syndicales et s’échiner à faire passer au forceps sa réforme des retraites.
Toutes ces raisons avaient incité les centrales syndicales à tracer un programme de lutte, qui avait  démarré avec la marche de protestation organisée le 6 avril 2014, puis la grève générale du 10 décembre 2015 dans la Fonction publique, le meeting de protestation du 12 janvier 2016 devant le Parlement et la grève générale nationale de 24 heures observée le 24 février dernier.
Le front syndical souligne également que son mouvement revendicatif s’est poursuivi après que le gouvernement n'a pas daigné répondre à ses propositions relatives à la réforme des caisses de retraite et engager un dialogue sérieux et responsable concernant plusieurs dossiers en suspens, notamment l'ouverture d'un dialogue social, le respect des libertés syndicales, la hausse des salaires, etc.

Larbi Bouhamida
Mercredi 1 Juin 2016

Lu 1217 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs