Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La grand-messe de l’islamiste Choubani tourne en eau de boudin


Les démissions se multiplient et les ONG dénoncent un dialogue contre la société civile



La grand-messe de l’islamiste Choubani tourne en eau de boudin
Le dialogue national sur la société civile lancé en grande pompe par le ministre islamiste Habib Choubani prend de l’eau de toutes parts.  Entre démissions à la pelle et déclarations fracassantes de ceux qui ont choisi le boycott, l’initiative de ce responsable gouvernemental en charge des Relations avec le Parlement et la société civile a eu en fait un effet boomerang : Habib Choubani s’est mis à dos l’écrasante majorité des associations marocaines. «Les ONG  qui ont en tout  cas un poids, une visibilité et un vrai bilan ne participent pas à ce dialogue dit national ou viennent d’en claquer la porte pour protester contre l’exclusion et un dialogue sur mesure, taillé par le ministère des Relations avec le Parlement et la société civile», commente cet associatif avant de rappeler que «Choubani avait déjà très mal commencé son mandat de ministre en déclarant la guerre à toutes ces associations porteuses de modernité et qui ne partagent pas ses idées».
Dernière démission en date, celle du bâtonnier Abderrahim Jamaï, fondateur de l’Observatoire marocain des prisons et coordinateur de la Coalition marocaine contre la peine de mort. Dans un communiqué rendu public mardi 19 mars,  cet avocat fustige la méthode «Choubani» et dit refuser catégoriquement de se faire complice d’une initiative qui a décidé de marginaliser les associations de la société civile et d’un dialogue «en complète contradiction avec les acquis du 20 février». «Habib Choubani veut dialoguer à sa manière et avec les personnes et les ONG choisies par ses seuls soins. Avec de tels procédés et de telles méthodes,  le gouvernement ne dialogue pas avec la société civile mais contre la société civile», écrit ce défenseur des droits humains. La bruyante défection du coordinateur de la Coalition marocaine contre la peine de mort fait suite à la longue liste d’associations nationales qui boycottent le dialogue national sur la société civile.
L’Association démocratique des femmes du Maroc, Transparency Maroc, Espace associatif, le Réseau amazigh pour la citoyenneté, Alternatives du Maroc font partie des ONG qui ont décidé de ne pas participer à la grand-messe du ministre islamiste. Des universitaires de renom comme Mohamed Tozy et Abdallah Saaf, qui ont tous deux cette particularité d’avoir été membres de la commission Royale  en charge de la réforme de la constitution ont officiellement annoncé leur non participation aux travaux d’un dialogue national, qui, au final, ne réunit plus grand monde. «Tout ce beau monde a d’ailleurs adressé une lettre aussi bien  au président de la commission de ce dialogue national, Ismaïl Alaoui qu’au ministre Choubani, auteur de cette initiative et seul contre tous pour dénoncer l’interventionnisme aigü du gouvernement islamiste dans la composition de la commission et l’exclusion de trop nombreuses associations et plus particulièrement les ONG féminines et celles de défense de l’amazighité», rappelle cette activiste du mouvement féminin.
A ce concert de protestations sont venues s’ajouter les protestations officielles du  Forum des Jeunes Marocains et du gouvernement parallèle des Jeunes qui fustigent le caractère excluant et hégémonique d’un dialogue qui, en principe, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Constitution de 2011 et devrait permettre  à la société civile d’assumer pleinement le rôle qui lui est assigné, notamment sa contribution aux domaines de la législation et du contrôle des politiques publiques.   Selon Habib Choubani, des projets de lois seront élaborés à la fin du processus et ce  pour organiser les nouveaux rôles des associations dont le nombre dépasserait  93.000.
Autre pomme de discorde, et elle n’est pas des moindres, la désignation de l’islamiste Abdelali Hamieddine au poste de rapporteur de la commission du dialogue national avec la société civile.  «Personnalité controversée dans le monde universitaire et positions aussi tranchées qu’intempestives», font valoir ceux et celles qui s’inquiètent de la présence de M. Hamieddine, irréductible parmi les irréductibles du PJD.  Aux dernières nouvelles, et en sa qualité de président de l’Association islamiste «Forum de la dignité», Abdelali Hamieddine  se serait retiré des travaux de la commission du dialogue national dont il est pourtant le rapporteur.  Information, rumeur ou intox? Le bateau ivre du dialogue national sur la société civile tangue en tout cas bien dangereusement.

Narjis Rerhaye
Jeudi 21 Mars 2013

Lu 780 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs