Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La goélette tara en eaux dangereuses




La goélette océanographique Tara croise depuis plusieurs jours dans les eaux dangereuses du Golfe d'Aden et les côtes omanaises, terrain de chasse des pirates somaliens.Partie le 4 septembre 2009 de Lorient pour un extraordinaire voyage scientifique de 150.000 km dans le sillage de Charles Darwin, Tara va arpenter jusqu'en 2012, toutes les mers et océans pour mener une étude inédite -de par sa globalité et continuité- concernant l'impact du réchauffement climatique sur les micro-organismes marins à l'origine de la vie sur la planète bleue.
Tara a quitté Djibouti il y a quelques jours -après une mission sur les coraux récifaux- et mis le cap sur Abou Dhabi aux Emirats Arabes Unis, sa prochaine escale au-delà du détroit d'Ormuz. Elle y est attendue vers le début du mois de mars. Compte tenu de la dangerosité des eaux traversées entre Djibouti et les EAU -mais surtout de la spécificité de la mission scientifique internationale d'intérêt général, soutenue par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE)
La Marine Nationale a placé à bord du voilier une unité de fusiliers marins, à même de repousser toute éventuelle tentative de piratage et prise en otage.
Aucune station scientifique n'est effectuée sur le trajet en cours et aucun chercheur ne se trouve à bord de la goélette. Ils remonteront à bord à Abou Dhabi pour reprendre les recherches sur les ecosystèmes marins et les micro-organismes qui constituent 90% de la bio-masse des océans.
Joint par téléphone satellite lundi, le capitaine de Tara, Hervé Bourmaud qui a interdiction (pour d'évidentes raisons de sécurité) de donner le moindre détail sur le dispositif militaire mis en place et la position géographique exacte de son bateau, a précisé qu'aucune tentative de piratage dans l'ensemble du Golfe d'Aden, n'a été signalée au moment du passage de Tara. "La mer était très mauvaise, ce qui interdisait de toutes les façons, toute velléité d'abordage. Nous sommes maintenant hors du Golfe d'Aden, mais nous restons très vigilants, les pirates ayant considérablement étendu leur champ d'action, tant au Sud-Est vers les Seychelles que vers le Nord en direction d'Oman", a-t-il indiqué à l'AFP.

AFP
Vendredi 26 Février 2010

Lu 546 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs