Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La gazette




La gazette
-Gastronomie. Dans le stade Fonte Nova de Salvador de Bahia, les supporters pourront finalement savourer les traditionnels “acarajés”, une spécialité culinaire afro-brésilienne considérée comme une nourriture sacrée dans la religion candomblé. Un temps interdite par la Fifa, la commercialisation de ces beignets épicés à base de farine de haricot a fini par être autorisée pendant le Mondial grâce à une mobilisation sur Internet, où une pétition a reçu plus de 17.000 signatures. La victoire des Bahiannaises a inspiré un mouvement pour la vente de tapioca (à base de farine de manioc) dans le stade Arena Pernambuco, à Recife. Acarajé et tapioca sont devenus des symboles de résistance aux exigences de la Fifa.
 
- Missiles. La marine brésilienne a installé dimanche des missiles antiaériens au quinzième étage d’un immeuble résidentiel, à 600 mètres du stade Maracana de Rio. Ce dispositif fait partie du programme de contrôle de l’espace aérien et a suscité une polémique dans la presse et sur les réseaux sociaux. L’armée de l’air a élargi de 13 à 18,5 km son périmètre d’interdiction de vol des avions autour des stades dans les douze villes hôtes.
 
- Visite à l’école. L’équipe d’Allemagne a rendu visite mercredi après-midi à des enfants dans leur école de Santo André, la bourgade de 900 habitants où la Nationalmannschaft a établi ses quartiers. 72 élèves de l’école primaire et 40 de la maternelle locales ont accueilli bruyamment les Schweinsteiger, Özil et autres Podolski. La Fédération allemande (DFB) a promis son soutien à l’établissement. Cette action est une des quinze de la campagne “Rêves d’enfants”, qui bénéficie d’une enveloppe de 500.000 euros.
 
-Ventre. “Quand on est dans le ventre de la mère, le père espère que ce sera un garçon pour qu’il joue dans l’équipe du Brésil (rires)!” C’est ainsi que l’ex-attaquant Anderson (7 capes avec la Seleçao) a résumé l’admiration que suscitent chez les Brésiliens les joueurs qui portent le maillot de l’équipe nationale, dans un entretien au site du média suisse RTS. L’ancien capitaine lyonnais, révélé en 1992-1993 au Servette Genève où son prénom Anderson avait gagné le diminutif de “Sonny”, explique aussi qu’il est bon pour les Bleus d’affronter la Suisse dans le groupe E: “Je pense que c’est un bon tirage, dans le sens où la France va être obligée d’être concentrée dans ce groupe. Quand on joue contre le Honduras, ce sont des matches dits faciles, où on baisse un peu en concentration“.
 
-Viande. Venant d’un pays grand consommateur de viande, la sélection uruguayenne a fait venir sa ration carnée dans son camp de base de Sete Lagoas. L’Institut national de la viande a envoyé mercredi 200 kilos de boeuf.
 
-Paix. Oublier le résultat l’instant d’une seconde afin de promouvoir les valeurs de respect, d’amitié et de fair-play: pendant la Coupe du monde, les capitaines des équipes rivales seront tenus de se serrer la main - et de serrer celle de l’arbitre - avant mais aussi après les matchs. Initiative apparue dans le championnat de Norvège en 2012, la “poignée de mains pour la paix” va être imposée à toutes les rencontres de la Coupe du monde en vertu d’un partenariat entre la Fifa et le Centre Nobel de la Paix d’Oslo.
 
- Lettre présidentielle. Le président de la République italienne, Giorgio Napolitano, a envoyé une lettre ouverte à la “Nazionale” par le biais de la Gazzetta dello sport. Il demande aux “Azzurri” “de jouer avec intelligence, dignité et honneur, toujours dans le respect des valeurs du sport”, et les incite à “tout donner!” Il rappelle avoir souffert à Berlin lors de la victoire finale en 2006 et avoir admiré l’équipe de Cesare Prandelli à Gdansk pour le premier match de l’Euro-2012. Il évoque aussi son admiration pour le capitaine Gianluigi Buffon, qu’il a reçu plusieurs fois au palais du Quirinale. “Votre engagement a donné la plus belle image du football italien”, écrit-il.
 
-Caravane chilienne. Une caravane de près de 500 véhicules - voitures, camionnettes et camping-cars - remplis de plus de 2000 supporteurs a fait la route depuis le Chili jusqu’à Cuiaba (sud-ouest), où l’équipe nationale jouera vendredi son premier match du Mondial contre l’Australie. Les cols andins proches de Santiago étant fermés à cause de la neige, les voyageurs ont dû traverser le désert d’Atacama (nord) pour sortir du pays: au total un périple de plus de 3500 km.
 
-Fuleco. La mascotte du Mondial, est un animal qui existe bel et bien au Brésil. Mais cette variété de tatou, un mammifère à carapace mangeur d’insectes, est menacée d’extinction, le nombre d’individus ayant diminué d’un tiers en dix ans, selon l’Union internationale pour la préservation de la nature.

Samedi 14 Juin 2014

Lu 123 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs