Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La française Isabelle Prime retenue au Yémen a été libérée


Les prises d'otages sont très fréquentes et de grosses rançons demandées



L'otage française Isabelle Prime, qui était retenue au Yémen depuis février 2015, a été libérée dans la nuit de jeudi à vendredi et rejoindra la France dans les prochaines heures, a annoncé la présidence de la République française.
"Notre compatriote Isabelle Prime a été libérée cette nuit", selon un communiqué de l'Elysée. "Elle était retenue en otage au Yémen depuis le 24 février 2015".
"La France a déployé tous ses efforts pour parvenir à ce dénouement heureux", poursuit le texte.
Agée de 30 ans et originaire de l'ouest de la France, "Isabelle Prime est actuellement sous la protection des services français. Elle rejoindra notre pays dans les heures qui viennent", selon la même source qui n'a pas donné plus de précision sur le lieu et l'heure d'arrivée.
Le Président de la République "exprime toute sa gratitude à tous ceux qui ont œuvré à cette solution, et notamment au Sultan Qabous Ibn Saïd, Sultan d’Oman". La jeune femme est arrivée vendredi à l'aube à Oman d'où elle doit regagner la France, a rapporté l'agence officielle omanaise ONA. L'ex-otage a été "retrouvée au Yémen" grâce à des recherches menées par les autorités omanaises en coordination avec "certaines parties yéménites", a ajouté l'agence, citant un porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Mascate.
La dernière libération d'un otage français remonte à celle de Serge Lazarevic en décembre 2014, alors que le quinquagénaire franco-serbe était détenu depuis trois ans par le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans le nord du Mali. Il était alors présenté comme le dernier otage français.
Isabelle Prime, arrivée en 2013 au Yémen, travaillait pour la société Ayala Consulting, dont le siège social se trouve en Floride, aux Etats-Unis, spécialisée dans la conception de programmes de protection sociale.
Isabelle Prime avait auparavant été en poste en Jordanie. Son interprète yéménite Chérine Makkaoui et elle-même avaient été enlevées le 24 février dernier à Sanaa par des hommes déguisés en policiers alors qu'elles se rendaient en voiture à leur travail. Chérine Makkaoui avait déclaré avoir été libérée le 10 mars à Aden, dans le sud du Yémen.
Une vidéo de la Française avait été mise en ligne sur YouTube début juin. Dans ce document de 21 secondes, la jeune femme, vêtue de noir et assise à même le sol, s'adressait aux présidents français François Hollande et yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi pour leur demander d'agir en vue de sa libération.
Aucune information n'a filtré depuis sur l'identité des ravisseurs.
Les prises d'otages sont très fréquentes au Yémen où des centaines de personnes en ont fait l'expérience ces 15 dernières années. Presque toutes ont été libérées saines et sauves, la plupart du temps en échange de rançons.
Mais cette fois, la détention de la Française s'est déroulée avec en toile de fond un conflit meurtrier qui a plongé le Yémen dans le chaos.

Libé
Samedi 8 Août 2015

Lu 484 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs