Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La finale de prestige : Juventus-Real aura bien lieu




C'est une finale de rêve entre deux grands noms du football européen qui va avoir lieu: le Real Madrid, qui a éliminé l'Atletico mercredi soir, a rendez-vous avec la Juventus Turin le 3 juin à Cardiff en Ligue des champions.
L'équipe de Cristiano Ronaldo s'est inclinée 2-1 en demi-finale retour, mais sa large avance du match aller (3-0) lui assure la qualification. La voilà donc prête à croiser le fer avec les Turinois.
Sur la grande scène européenne, le Real est un ogre: onze sacres à son actif, un record, dont celui de l'année dernière pour les premiers mois sur le banc de Zinédine Zidane, ancien joueur phare de la "Maison Blanche".
"Zizou" va-t-il remporter la compétition pour la deuxième fois d'affilée et devenir ainsi le premier technicien depuis Arrigo Sacchi avec l'AC Milan (1989, 1990) à conserver la couronne européenne ?
Il faudra pour cela battre un club qu'il connaît également très bien: la Juventus Turin, où il a brillé sur le terrain entre 1996 et 2001.
La "Vieille Dame" est impressionnante cette saison, avec sa défense de fer, son gardien aux allures de talisman, Gianluigi Buffon (39 ans), et sa redoutable paire argentine Paulo Dybala/Gonzalo Higuain devant.
Sans oublier le latéral droit Dani Alves (34 ans), qui a retrouvé ses jambes de jeune homme et qui a encore brillé pour éliminer Monaco mardi avec une passe décisive et un but. Alves s'y connaît en matière de football espagnol comme de Ligue des champions, puisqu'il a remporté deux fois la compétition quand il évoluait au FC Barcelone.
Pour pimenter ce choc, les deux clubs sont à égalité parfaite dans leurs confrontations européennes: 8 victoires partout et deux matches nuls.
Leur dernier face-à-face remonte à 2015 et une demi-finale remportée par les Turinois (2-1/1-1). La Juve avait atteint la finale, perdue contre le Barça.
Une nouvelle opportunité se présente pour elle le 3 juin prochain. Mais elle doit vite rattraper son retard. Le club italien a été sacré à deux reprises et la dernière fois c'était il y a plus de vingt ans, en 1996.

Ils ont dit

Diego Simeone
Entraîneur de l'Atletico Madrid


"Je suis heureux et fier que nous ayons rivalisé une fois de plus, en démontrant pourquoi depuis cinq ans et demi nous nous battons pour les meilleures places derrière le Real Madrid et Barcelone. Les 30 ou 35 premières minutes resteront dans la mémoire de notre public et ensuite, oui, l'adversaire a tiré profit d'un cafouillage défensif pour marquer. Mais les moments magiques, les soirées magiques du Calderon resteront dans les mémoires. Nous avons tout donné. Cela fait six ans que nous laissons notre peau sur le terrain, c'est dommage que nous ne puissions pas cloner certains joueurs. (Sur l'élimination) C'est dommage et il est clair que nous avons encore besoin de grandir. Il est clair que le pallier à franchir, même s'il paraît proche, est encore haut. Si nous pouvons nous améliorer à partir de ce qui a été fait, c'est encourageant pour l'avenir. Aujourd'hui, c'est un jour important, même si nous avons été éliminés. (Sur le déménagement dans un nouveau stade Metropolitano) Les émotions vont déménager aussi, les gens qui sont ici seront aussi au Metropolitano, la passion et l'enthousiasme ne se négocient pas et il n'y a pas de meilleur endroit pour transmettre ça que l'endroit où tu joues, l'endroit qui est ta maison."

Zinédine Zidane
Entraîneur du Real Madrid


"Je savais que nous allions souffrir, surtout les 20-25 premières minutes. Ils sont très bien entrés dans le match, pas nous. Mais nous avons commencé à jouer en fin de première période et l'action de Karim (Benzema), Toni (Kroos) et Isco nous a permis de marquer. En seconde période, nous avons été bien meilleurs. Je suis content d'atteindre la finale, c'est un long chemin pour y parvenir. Et d'y être parvenu deux années de suite, il faut féliciter toute l'équipe. (Sur la Juventus) Ce sera quelque chose de spécial, c'est sûr, parce que c'est un club très important pour moi, comme joueur, un club qui m'a aussi tout donné. Maintenant, je suis au Real Madrid, c'est le club de ma vie et ce sera une belle finale. (sur son mérite) Je suis l'entraîneur et cela signifie que tout ce que j'ai fait, je l'ai bien fait mais je l'ai fait avec cet effectif, qui fait parfaitement les choses. Ce sont eux qui jouent, courent, se battent et font toujours le maximum sur le terrain. Mais pour l'instant, nous n'avons encore rien gagné."

 

Vendredi 12 Mai 2017

Lu 230 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs