Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La fin annoncée de Daech suscite inquiétude et appréhension


Concertations entre Rabat et Madrid pour anticiper un retour en masse des jihadistes



Le retour des jihadistes marocains pourrait constituer un danger pour l’Espagne. C’est l’idée qui a été défendue par des experts espagnols lors d’une journée d’étude organisée au cours de la semaine dernière dans le cadre des cours d’été de l’Université Complutense de Madrid.
Selon l’agence espagnole Europa Press, ces experts ont mis en garde contre le retour des jihadistes marocains après le déclin du groupe terroriste Daech dans les zones de conflit en Syrie et en Iraq.
Andreu Cristina, l’une des responsables du Centre d’intelligence contre le terrorisme et le crime organisé, a mis en avant le fait que ce centre a mis sous son contrôle 216 combattants de  nationalité espagnole ou résidant légalement en Espagne. Elle a estimé que 64% d’entre eux sont d’origine marocaine.
Elle a également souligné que la menace ne provient pas seulement de ces derniers, mais aussi de ceux de Tunisie qui «constitue le plus grand fournisseur des combattants étrangers (foreign fighters) au monde». 
L’intervenante a également affirmé que «le retour de ces combattants à leur pays d’origine pourrait constituer une menace pour l’Espagne, car celle-ci a une forte présence au pays du jasmin».
La présence de femmes jihadistes au sein de Daech constitue aussi, une source de préoccupation, selon Carola García-Calvo, chercheuse au prestigieux Institut Real El Cano. Laquelle a estimé que parmi 216 combattants  en question se trouvent 21 femmes jihadistes, soit 10%, et que sur les 200 personnes appréhendées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, 23 sont des femmes, d’où le risque de voir celles-ci mener des attentats terroristes notamment dans les pays européens.
Mais le plus préoccupant, selon le directeur du Centre d’analyse et de prospective à la Guardia civil José María Blanco, c’est que ces combattants pourraient transmettre les connaissances qu’ils ont acquises dans les zones de combat aux nouvelles recrues de Daech.  Selon la même source, ces vétérans peuvent, par exemple, leur transmettre leur savoir-faire dans le domaine «des explosifs, du cryptage, des drones, des communications et des réseaux».
Par ailleurs, le ministre espagnol de l’Intérieur, Juan Ignacio  Zoido qui a effectué vendredi dernier une visite officielle au Maroc où il a rencontré son homologue, Abdelouafi Laftit, a plaidé pour une collaboration accrue avec Rabat à propos des dossiers qui «affectent la sécurité de l’Espagne», à savoir le terrorisme, le crime organisé, le trafic de drogue et l’immigration. 
Selon la presse espagnole, cette collaboration a permis en deux ans à l’Espagne d’arrêter 178 personnes dans le cadre de lutte contre le terrorisme. Ces détenus sont affiliés à Daech ou étaient sur le point de rallier ce groupe terroriste.
Juan Ignacio  Zoido a indiqué samedi dernier que le risque de radicalisation des deuxième et  troisième générations descendant d’immigrés musulmans vivant en Espagne est "faible", étayant ses déclarations par le fait qu’en Espagne, il n’y a pas de "ghetto" et que "l’intégration se fait de manière naturelle et équitable" ; d’où le fait qu’il est "optimiste  quant au risque de radicalisation observé en Espagne qui reste faible par rapport à d’autres pays".
"Nous n’avons aucune raison de craindre que les deuxième et troisième  générations d’enfants d’immigrés ne se sentent pas intégrés. Bien au  contraire, ils s’intègrent bien", a-t-il estimé. 
Conscient du fait que "le risque zéro n'existe pas", le ministre a indiqué  que des groupes de professionnels hautement qualifiés parmi les forces de  sécurité mènent la lutte contre toutes les formes de terrorisme.
"Dans ce cadre, a-t-il poursuivi, les forces de sécurité ont arrêté 179  personnes depuis que le niveau d’alerte anti-terroriste est passé au niveau  4 en juin 2015".  
Le ministre espagnol a également mis l’accent sur le fait que le  terrorisme est mondial et nécessite donc "une réponse globale  et une grande collaboration internationale".  
Concernant l’Espagne, Juan Ignacio  Zoido estime que "la coopération  avec les pays du Sahel est fondamentale car c’est à partir de ces pays que  commence la sécurité de l’Espagne et de l’Union européenne". 
 A ce titre, a-t-il poursuivi, des agents espagnols du Groupe d’action  rapide de la Gardia civil contribuent à la formation de la police de ces  pays pour leur apprendre "comment contrôler le terrorisme, le combattre de  l’intérieur et empêcher les radicaux d’atteindre l’Europe". 
Le ministre espagnol a enfin indiqué que 200 Espagnols seulement ont  quitté leur pays à destination des zones de conflit, ce qui "n’est rien par rapport aux pays  voisins comme la France et la Belgique", estimant que 50 d’entre eux sont morts dans les combats, que 35 sont revenus en Espagne et que les autres se trouvent encore en Syrie ou en Irak.


T.M
Lundi 3 Juillet 2017

Lu 1665 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs