Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La fièvre électoraliste islamiste atteint son paroxysme

Des nervis estampillés PJD agressent des agents d’autorité




Gravissime ! Ce sont ceux-là mêmes qui se veulent les chantres de la non-violence, de l’indulgence, de l’intégrité … et l’on ne sait quelle autre vertu, qui sont en passe de servir de trop vils exemples d’une barbarie insoutenable.
La cellule de communication du ministère de l’Intérieur a fait état de cas d’agressions à l’égard des représentants  des autorités locales dont le seul tort est d’avoir œuvré au respect des lois en vigueur. Les agresseurs n’étaient autres, comme clairement spécifié, que les partisans (des hommes de main ?) du PJD.
Des détails qui sont loin d’être superflus : «Le chef de la circonscription urbaine de Saknia à Kénitra a été grièvement blessé au niveau de la tête, après avoir été agressé lundi soir par un groupe de sympathisants du PJD, apprend-on auprès des autorités locales de Kénitra.
Cette agression intervient après que l’agent d’autorité a essayé, dans le cadre des missions qui lui incombent en vertu de la loi, d’attirer l’attention des sympathisants de cette formation politique sur le caractère illégal d’un rassemblement non déclaré, organisé dans le cadre de la campagne électorale pour les échéances législatives du 07 octobre.
La victime a été transportée dans un état comateux à l’hôpital militaire de Rabat, alors qu’une enquête  a été ouverte sous la supervision du parquet compétent ».
Ne partez surtout pas sans la suite. C’est tout aussi révélateur. C’est tout aussi abominable et tout aussi consternant : « Par ailleurs, les autorités locales de la province de Berkane ont fait savoir que le chef de la circonscription urbaine de Berkane a été grièvement blessé lundi soir, après avoir été victime d’une agression perpétrée par certains partisans du PJD qui étaient en train d’organiser un rassemblement non déclaré dans le cadre de la campagne électorale pour les élections législatives.
L’agent d’autorité a été évacué vers l’hôpital provincial de Berkane pour recevoir les soins nécessaires et une enquête a été ouverte sous la supervision du parquet compétent».
Voilà où nous en sommes aujourd’hui, dans un pays qui se voit, il faut bien le dire, gravement dérangé dans sa transition démocratique par des gens qui ne reconnaissent les vertus de la démocratie que pour arriver à leurs fins, s’accaparer les rênes du pouvoir et imposer leurs penchants foncièrement antidémocratiques.
Ce qui s’est passé à Kénitra et à Berkane est le résultat logique des tribulations insensées des dirigeants du parti de la Lampe, un certain Benkirane en tête. Quand on ressasse d’interminables discours, où entre deux sanglots et deux moucheries, on fait dans la victimisation, dans le «tahakoum» ou ces mystérieuses forces qui veulent inévitablement, fatalement du mal à ce pauvre PJD et ce plus pauvre Benkirane et sa tribu qui, pourtant, veulent … trop de bien à ce pays.  Plus que toues les Marocaines et plus que tous les Marocains réunis.
Qu’est-ce qu’ils n’ont pas dit sur ces élections attendues pour le 7 courant ! Jeter le discrédit sur des élections dont on a la charge, il faut être ou fou ou  PJD pour le faire.
Dans leur raisonnement trop PJDiste et forcément trop extrémiste, les élections ne sont faites que pour que ce soient eux qui les remportent. Sinon, ils crient à la magouille, à l’autoritarisme, à ce fameux «tahakoum» dont ils font un canasson de bataille.
Et avec ça, ils menacent d’investir la rue. Trop facile, par les temps qui courent. Quand les militants authentiques le faisaient, c’était sans crier gare, c’était à leur corps défendant. C’était là une époque où il n’y avait pas d’existence propre, si ce n’était dans l’antichambre d’un certain Driss Basri, pour ces «militants de la dernière heure».
Abdelilah Benkirane vient d’ailleurs de ressortir le même refrain quoique maladroitement enveloppé. A Taroudant, il a dit, sans rougir, que si ces élections ne lui permettent pas une majorité assez confortable pour qu’il soit en mesure de se passer de quelques alliances impossibles, «je reviendrai pour le peuple pour qu’il dise son dernier mot».
Si ce n’est pas du chantage !
Et ce n’est sûrement pas du côté d’un autre «sage» de la clique, ce Ramid qui, bien qu’encore ministre de la Justice et des Libertés doublé  d’un coprésident de la Commission centrale chargée du suivi des élections, a osé lancer qu’il n’est pas concerné par les décisions de cette dernière. Et faisant dans un PJDisme chronique, il a traité de fou l’ami et le dirigeant d’hier juste parce que Amine Boukhobza a dit non à leur diktat pour se présenter, tel que la loi le lui permet, en indépendant. Elle est où la justice ? Elles sont où les libertés, monsieur le chargé de la chose?
Et qu’est-ce qu’il n’est pas en passe d’endurer leur autre ami et surtout très proche de ce même Ramid, le cheikh Mohamed El Maghraoui, juste parce qu’il n’a pas pris fait et cause pour un certain Hammad Kabbaj. Si celui-ci s’est vu refuser sa candidature aux législatives, c’est parce que ses nombreuses vidéos circulent encore faisant dans le racisme et dans un discours de haine qui ne correspond en rien à ce Maroc de paix et de convivialité. Un Maroc de tous les Marocains, musulmans soient-ils, juifs ou autres …
Avec tout cela, faut-il vraiment s’étonner si des nervis estampillés PJD  font couler du sang au lieu de chercher à convaincre dans les normes démocratiques par des arguments qui se tiennent ? Au cas où ils en auraient, bien sûr.

Mohamed Benarbia
Mercredi 5 Octobre 2016

Lu 1629 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs