Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La femme du colonel, sa fille et deux de ses fils se sont réfugiés en Algérie




Le colonel Mouammar Kadhafi sera jugé, en cas de son arrestation, dans un procès public en Libye pour «crimes contre l’humanité», a indiqué mardi le ministre de la Justice du Conseil national de transition (CNT) libyen, Mohamed Al-Alagi. Al-Alagi, qui s’exprimait dans un entretien au quotidien britannique The Times, a indiqué que l’ancien dictateur aura droit à un procès équitable devant des juges impartiaux.
Le procès sera diffusé en direct sur les chaînes de télévision, a dit le responsable libyen. «Un tel procès public sera une thérapie pour le peuple libyen», a dit un proche collaborateur du ministre libyen, cité par le Times. Al-Alagi n’a ajouté que les cinq fils de Kadhafi: Saif al-Islam, Mouatassim, Khamis, Hannibal et Saadi, ainsi que les officiers supérieurs de l’ancien dirigeant, responsables de l’exécution de ressortissants libyens, seront également poursuivis pour «crimes contre l’humanité». Mohamed et Aicha Kadhafi seront, quant à eux, jugés pour malversations financières seulement, a dit le ministre.
Al-Alagi, ancien Président de l’Association libyenne des droits de l’Homme, s’est, par ailleurs, plaint de  «la pression excessive»  que la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont exercée sur le CNT pour remettre aux autorités écossaises, Abdelbasset Ali Al Megrahi, le ressortissant libyen qui purgeait une peine d’emprisonnement à vie en Ecosse pour sa responsabilité dans l’attentat de Lockerbie. Le responsable libyen, qui avait indiqué que le CNT ne remettrait aucun ressortissant libyen à l’Occident, a indiqué que les nouvelles autorités libyennes feront de leur mieux pour dévoiler «le véritable responsable» de l’explosion d’un avion de ligne américain près du village écossais de Lockerbie en 1988, tuant 270 personnes (259 passagers et membres d’équipage, ainsi que onze villageois). Le Premier ministre écossais, Alex Salmond, a indiqué lundi que son administration n’a pas l’intention de demander l’extradition de Megrahi, hospitalisé à Tripoli dans un état comateux.
Al-Alagi a également exprimé l’engagement du CNT de traquer Abdelmajid Salah Ameri, un diplomate libyen présenté comme le tueur présumé d’Yvonne Fletcher, l’officier de police britannique tuée lors d’une manifestation devant le siège de l’ambassade libyenne à Londres en 1984.
Par ailleurs, les principaux journaux britanniques ont relayé la défection de quatre membres de la famille Kadhafi en Algérie, tout en rappelant les liens étroits entre le régime d’Alger et l’ancien homme fort de Tripoli.  «L’Algérie a refusé de reconnaître le CNT»  indique le Times, soulignant que le Conseil libyen a accusé le gouvernement algérien de fournir des armes et des mercenaires au régime Kadhafi durant les derniers mois.
La femme de Mouammar Kadhafi, Safia, sa fille Aicha et ses fils Hannibal et Mohammed, se sont réfugiés en Algérie lundi matin, rapporte l'agence algérienne de presse APS. Citant un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères, l'APS précise que cette arrivée a été signalée aux Nations unies et aux autorités rebelles libyennes. L'épouse de Mouammar Kadhafi, "Safia, sa fille Aicha, ses fils Hannibal et Mohamed, accompagnés de leurs enfants sont entrés en Algérie à 08h45 par la frontière algéro-libyenne", indique l'agence de presse. Cette information a été portée à la connaissance du secrétaire général des Nations unies, du président du Conseil de sécurité et de Mahmoud Djibril, président du Conseil exécutif du Conseil national de transition libyen (CNT), ajoute-t-elle. Le gouvernement mis en place par les insurgés libyens estime qu'Alger commettrait un acte d'agression en accordant l'asile aux membres de la famille de Kadhafi et va réclamer leur extradition."Nous nous sommes engagés à accorder un procès équitable à tous ces criminels, et nous considérons par conséquent qu'il s'agit d'un acte d'agression", a réagi Mahmoud Chamman, porte-parole du Conseil national de transition."Nous conseillons à tous de ne pas protéger Kadhafi et ses fils. Nous les traquerons où qu'ils se trouvent et les arrêterons", a-t-il ajouté.

Libé
Mercredi 31 Août 2011

Lu 934 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs