Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La double peine des mères célibataires


Insaf et Solidarité féminine lancent un appel afin de mieux les soutenir dans leur détresse



La double peine des mères célibataires
Les associations de défense des droits des mères célibataires et de leurs enfants ont toujours veillé à  contribuer à la promotion du statut de la femme en général et de celui des mères célibataires en particulier, apprend-t-on dans un communiqué.
Lesdites associations s’engagent  pour le progrès social, économique et juridique de cette frange de la société qui souffre de la précarité, de la fragilité et de l’exclusion. En effet, celle-ci fait l’objet de  toutes formes de violence et de discrimination de la part du  père biologique de l’enfant. La famille de la mère, son entourage ainsi que  les institutions publiques ne sont pas en reste.
C’est dans ce cadre que les Associations Solidarité féminine et Insaf ont élaboré un mémorandum rendu public.
Celui-ci reprenant leur engagement, adopté selon  une approche juridique et se référant aux  principales conventions et chartes internationales signées et ratifiées par le Maroc. Elles y font part de leurs revendications qui consistent, entre autres, en la  levée de réserves concernant les accords internationaux liés aux droits de la femme et des enfants. Il s’agit notamment de  la Déclaration universelle des droits de l’Homme, de la Convention internationale des droits de l’enfant et de la Convention sur l‘élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes ainsi que les protocoles facultatifs pour ces chartes.
Ainsi, se basant sur la volonté politique qui aspire  à une société démocratique et dans l’esprit  de la Constitution de 2011 qui met l’accent sur l’égalité, la parité et porte un grand intérêt à l’enfant, ces militants associatifs, en collaboration avec les autres parties de la société civile ,ont élaboré un ensemble  de revendications afin d’assurer la transition vers une société égalitaire, préservant la dignité de ses citoyens.
Ces revendications se situent à trois niveaux. Tout d’abord et concernant les droits de l’Homme, appel est fait à l’Etat pour assumer ses responsabilités en tant que leader des changements des politiques sociales et publiques. Il devrait également garantir le droit à la vie et à la sécurité physique et psychologique ; assurer l’accès aux établissements publics (maternités…) sans discrimination ; permettre à cette couche de la société d’accéder à l’éducation, à la santé et à l’emploi ; et enfin permettre l’interruption d’une grossesse résultant d’un viol.
Sur le plan juridique, le même mémorandum préconise l’alignement des lois marocaines sur les conventions internationales. Toujours d’après ce document, l’amendement de l’article 16 de la loi relative à l’état civil s’avère nécessaire.
En outre, les deux associations souhaiteraient une coordination entre l’Etat (santé, justice et éducation ...) et les différentes composantes de la société civile qui accompagnent les mères célibataires. Par ailleurs, tous les intervenants auprès de ces personnes devraient bénéficier d’une formation adéquate pour une bonne application de la loi. Enfin, intégrer l’éducation sexuelle dans les programmes scolaires est vivement recommandé.
A rappeler que selon une étude de terrain réalisée au niveau national,  210.343 mères célibataires ont donné  naissance à au moins 340.903 enfants au cours de la période comprise entre 2003 et 2009 au Maroc. Dans ce contexte, 24 enfants sur 150 naissances  seraient  abandonnés. Mieux encore, seuls 4% des besoins de ces mères et leurs enfants sont satisfaits par les associations existantes sur le terrain en l’absence d’une prise en charge de la part de l’Etat. A titre d’exemple, seulement 5933 mères ont été recueillies au sein de l’Association solidarité féminine entre 2003 et 2012, et presque autant par l’Association Insaf. Les mères célibataires et leurs enfants sont une réalité sociale dont notre système juridique doit tenir compte. L’amélioration de leur situation demeure une nécessité, pour l’instauration de l’Etat de droit.

Nezha Mounir
Mardi 5 Mars 2013

Lu 669 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs