Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La donne de la présidentielle en Iran bouleversée à trois jours du scrutin

Le réformateurs Mohammad Reza Aref, se désiste au profit du candidat Hassan Rohani




La donne de la présidentielle en Iran bouleversée à trois jours du scrutin
Le réformateur Mohammad Reza Aref s'est retiré mardi de la course à la présidentielle iranienne bouleversant la donne à trois jours du scrutin, Hassan Rohani devenant le seul représentant officiel des courants modéré et réformateur.
Ces derniers jours, les appels s'étaient multipliés parmi les dirigeants et militants réformateurs, notamment lors des réunions publiques, pour que M. Aref se retire au profit de M. Rohani, également soutenu par l'ex-président Akbar Hachemi Rafsandjani.
Son retrait est le deuxième en deux jours, après celui du conservateur Gholam-Ali Hadad-Adel qui s'est désisté lundi pour "favoriser l'élection d'un conservateur". Les chances de l'ancien président du Parlement semblaient minces aux yeux des observateurs.
M. Rohani, un religieux âgé de 64 ans, devrait désormais avoir pour principaux adversaires Saïd Jalili, Ali Akbar Velayati et Mohammad Bagher Ghalibaf. Les deux autres candidats, le conservateur Mohsan Rezaïe et le modéré Mohammad Gharazi, apparaissent également distancés dans la course.
M. Aref n'a pas officiellement annoncé qu'il appelait à voter pour M. Rohani.
Mais dans un communiqué officiel, le Conseil consultatif (regroupant modérés et réformateurs) auprès de Mohammad Khatami a annoncé que "désormais Hassan Rohani est le candidat du camp réformateur". "Je suivrai la même voie que celle de Khatami et Rafsandjani", a déclaré M. Rohani lundi lors d'un rassemblement au Kurdistan.
M. Rohani prône une politique de souplesse dans les négociations avec les puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) pour régler la crise du nucléaire iranien. L'Iran avait accepté la suspension de son programme d'enrichissement d'uranium et l'application du protocole additionnel au Traité de non prolifération nucléaire (TNP), qui permet des inspections surprises des installations nucléaires du pays.
Dès lundi, des voix s'étaient élevées dans le camp conservateur pour appeler à l'unité en prévision de la décision d’Aref.
Mais pour l'instant, aucun des trois favoris conservateurs n'a évoqué un possible désistement.

AFP
Mercredi 12 Juin 2013

Lu 109 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs