Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La disparition des tourbières tropicales accélère le réchauffement




Les tourbières boisées des zones tropicales, d'importants puits de carbone, sont menacées par le changement climatique qui, en changeant les précipitations, pourrait les assécher, contribuant à accélérer le réchauffement de la planète, selon une étude publiée lundi.
Ces zones marécageuses qui occupaient de vastes étendues, notamment en Asie du sud-est, contribuaient jusqu'ici à retirer du dyoxide de carbone (CO2) de l'atmosphère et à freiner le réchauffement planétaire.
Mais ces tourbières forestières disparaissent rapidement en raison des coupes claires et de leur assèchement pour la culture notamment du palmier à huile ou des constructions, expliquent les auteurs dont l'étude paraît dans la dernière édition des Comptes rendus de l'académie américaine des sciences (PNAS).
Ces puits de carbone font désormais face à la menace du changement climatique qui, en altérant le cycle des précipitations, pourrait les assécher, explique le professeur Charles Harvey du Massachusetts Institute of Technology (MIT), l'un des auteurs.
"Il y a un très grand nombre de tourbières en Asie du sud-est mais presque toutes ont été déboisées", explique le professeur Harvey qui enseigne l'ingénierie civile et environnementale au MIT.
Ces tourbières deviennent maintenant émettrices nettes de CO2, contribuant à accélérer le réchauffement de la planète.
Une fois déboisées et drainées, ces tourbières s'assèchent et les matériaux organiques du sol s'oxydent sous forme de CO2 et retournent dans l'atmosphère.
Parfois, elles prennent feu et brûlent pendant très longtemps, formant de gros nuages de fumée qui polluent l'atmosphère.
Les tourbières tropicales peuvent contenir autant de CO2 que la combustion mondiale de carburants fossiles sur une décennie, selon ces scientifiques.
Les foyers de tourbières en Indonésie ont à eux seuls contribué "certaines années" à hauteur de 10 à 40% des émissions de CO2 dans l'atmosphère de toutes les sources mondiales de combustion de charbon, de pétrole et de gaz naturel, précisent-ils.
A la différence des tourbières tropicales, celles qui se trouvent en zone tempérée sont dominées par des mousses.
Sous les tropiques, les tourbières sont boisées d'arbres pouvant atteindre 45 mètres de haut et des incendies peuvent parfois consumer de vastes étendues de ces forêts.
Pour cette étude, le professeur Harvey a étudié l'une des dernières tourbières tropicales parfaitement préservée à Brunei sur l'Ile de Bornéo.

Samedi 17 Juin 2017

Lu 718 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs