Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La difficile intégration des personnes en situation de handicap




Tous les acteurs en matière de handicap s’accordent à dire que la Constitution de 2011 était juste et équitable pour les personnes en situation de handicap (PSH). La principale disposition dans ce cadre est l’incrimination de la discrimination sur la base de l’handicap, stipulée dans le préambule ou dans l’article 34 de la Constitution, aux termes duquel les autorités  devraient veiller à la mise en œuvre de politiques publiques dédiées aux PSH.
Le projet de loi proposé par le gouvernement est loin de promettre. Il ne mentionne ni les budgets nationaux ni régionaux, encore moins les sources de financement. L’approche adoptée est unilatérale et loin de toute participation. Les termes utilisés sont ambigus. Le projet se base sur l’article 34 de la Constitution, alors que les droits des PSH sont inséparables des droits de tous les Marocains. Les acteurs adoptant une approche droit soulignent vers la fin la nécessité de jouir des droits sans obligatoirement passer par la carte de « handicapé ». 

Vendredi 1 Janvier 2016

Lu 752 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs