Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La délégation du RFK Center se réunit avec les vrais représentants des populations sahraouies Kerry Kennedy approfondit ses investigations




La délégation du RFK Center se réunit avec les vrais représentants des populations sahraouies Kerry Kennedy approfondit ses investigations
Arrivée vendredi dernier à Laâyoune, la délégation du Centre  Robert F. Kennedy pour la justice et les droits de l’Homme (RFK Center), a été reçue par le wali de la région entouré des élus, des chioukhs et des notables sahraouis.
Avant même d’arriver à Laâyoune, les membres de la délégation conduite par Madame Kerry Kennedy, présidente du RFK Center, avaient une idée préconçue des personnes qu’ils devaient rencontrer et une opinion préétablie de la situation qu’ils devaient décrire dans leur rapport de fin de mission. 
Aussi pendant les deux ou trois premiers jours de leur séjour à Laâyoune, les visiteurs américains avaient tenu des réunions avec ceux qu’on appelle les séparatistes de l’intérieur et visité des familles se présentant comme victimes des violations des droits de l’Homme. Ce qui a été dénoncé par nombre d’associations locales  pour la défense des droits de l’Homme et a amené les observateurs locaux à qualifier les membres de la délégation de touristes passant des vacances aux frais de l’Algérie.
Le lundi 27 août, les membres de la délégation se sont néanmoins rendu compte que les vrais représentants des populations sahraouies  que sont les chioukhs des tribus et les élus, avaient leur mot à dire sur la question et méritaient non seulement d’être contactés, mais d’avoir aussi voix au chapitre.
Ce que ces derniers ont confirmé à la délégation américaine lors de la réunion de Laâyoune. Ils ont, en effet, expliqué aux Américains qu’ils sont les seuls représentants légitimes des populations sahraouies et que celui qui s’adresserait ailleurs, ferait fausse route.
Ils leur ont également expliqué que le Maroc n’a rien à cacher et que dans notre pays, les droits de l’Homme sont respectés comme partout ailleurs y compris aux USA et que les fauteurs de troubles qui s’attaquent aux biens d’autrui ou menacent la quiétude des citoyens sont considérés comme des criminels et jugés comme tels.
Ils ont, par la même occasion, réitéré leur attachement à l'initiative d'autonomie au Sahara et aux liens de la Beia (allégeance) entre les habitants de la région et les Sultans et Rois du Maroc, tout en réaffirmant que l’initiative marocaine constitue une solution réaliste qui jouit d'un large appui au niveau international et qui est à même de garantir la dignité, la liberté et les droits de cette population, contrairement à ce qu'endurent les Marocains séquestrés à Tindouf, victimes d'exactions et de persécutions.
Par ailleurs, ils ont fait part de leur déception du fait que les membres de la délégation américaine, arrivés vendredi dernier à Laâyoune, n'aient pas convié à leurs rencontres toutes les composantes de la société civile dans la ville pour présenter, en toute objectivité, leur vision de la situation des droits de l'Homme dans les provinces du Sud et dans les camps de Tindouf.
Les interlocuteurs de Kerry Kennedy et de sa délégation leur ont expliqué que si les droits de l’Homme sont respectés dans les provinces marocaines du Sud, il n’en est pas de même dans ces camps où ils ne pourront pas circuler aussi librement qu’à Laâyoune ou dans les autres villes du Sud marocain.
La délégation américaine a, par ailleurs, tenu une rencontre avec le procureur du Roi près le tribunal de première instance de la ville qui leur a fait un exposé sur la situation judiciaire dans les provinces sahariennes. Répondant à une question relative à l’application de la loi dans ces provinces, il leur a expliqué que la loi marocaine est la même pour tout le monde et qu’elle est appliquée dans les mêmes conditions dans toutes les régions du Maroc de Tanger à Lagouira.
Après  une séance de travail avec les membres du conseil municipal où ils ont écouté des explications relatives au fonctionnement de ce conseil, à ses attributions et à ses projets et préoccupations, les hôtes américains ont tenu une réunion avec les membres du bureau de la  commission régionale des droits de l’Homme. A la fin de cette séance, le président de la commission, Mohamed Salem Charkaoui a déclaré que les entretiens qui ont eu lieu en l’occasion ont porté sur les attributions de la commission. Ayant constaté la similitude des objectifs des deux institutions, il a été question des  possibilités de conclure des conventions bilatérales.
A la fin de ces rencontres, Mme Kennedy a déclaré que les réalités  qu’elle a perçues à travers ses différents entretiens, n’ont rien à voir avec l’idée qu’elle se faisait ou qu’on lui avait donnée de la situation. L’un des chioukhs nous a informés qu’elle a exprimé sa disposition à inviter certains d’entre eux à venir témoigner  au siège du RFK Center. Il a ajouté qu’elle  avait déclaré que son emploi du temps étant très limité et qu’elle reviendrait pour avoir des entretiens plus élargis avec les chioukhs et les élus.
 

Ahmadou El-Katab
Mercredi 29 Août 2012

Lu 384 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs