Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La culture vole au secours de la sécurité routière

Les villes d’El Jadida, Azemmour et Sidi Bouzid préparent un show unique




La culture vole au secours de la sécurité routière
Des vedettes nationales, internationales et des artistes émergents enflammeront, du 15 au 17 août, les villes d’El Jadida, Azemmour et Sidi Bouzid, à l’occasion de la troisième édition du Festival international Jawhara.
« Cette année, des spectacles surprendront par leur qualité et leur diversité », a rassuré le président du Festival international Jawhara lors d’une rencontre tenue récemment à El Jadida et présidée par le gouverneur de cette province, Mouad El Jamaï.
En effet, l’équipe d’organisation du Festival a concocté un programme riche et diversifié comprenant une série d’activités visant tout public.
A commencer par la parade d’ouverture qui regroupera 250 artistes. « Des marionnettes géantes sillonneront les principales artères de la ville, à côté de troupes de gnaoua, issaoua, chikhat, dakka marrakchia, d’enfants porteurs de drapeaux aux couleurs du festival, qui animeront les rues d’El Jadida », précise l’équipe d’organisation.
Dans le registre « musique », le programme prévoit des spectacles qui mettront en scène des artistes connus à l’échelle nationale et internationale. A l’instar de Dina Hayek, Gnawa Diffusion, Ramy Ayach, Fnaire, Khalid Bennani et Cheb Mami qui se produiront sur la scène Breija El Jadida. Ou encore, Ghani Kabbaj, Mazagan, Nass El Ghiwane, Cheb Kader et Abdellah Daouidi qui se donneront la réplique sur la scène Azemmour. Tandis que Sad Jim, Mouja, Tabtoul, Tagada, Saida Charaf et H-Kayne poseront leurs instruments sur la scène Parc Mohammed V.
Autre activité annoncée, l’organisation d’expositions sur le thème « Parce que la vie n’a pas de prix» à El Jadida et Azemmour à laquelle participeront des artistes de la région ainsi que d’autres venus des quatre coins du Maroc. En marge de cette manifestation, la galerie Chaïbia Talal à la Cité Portugaise d’El Jadida accueillera lors de cet événement les expositions de deux artistes : Akwass Rahoul et Ahlam Lemseffer.
Il y aura aussi de l’animation autour de la Place de la Fontaine de Sidi Bouzid qui accueillera, tout au long du festival, des spectacles de clowns, marionnettes et de magie, un concours de chant et de danse, un concours de beauté « Miss Jawhara Mômes » ainsi qu’un défilé de mode.
Cette année, toutes ces activités « tourneront autour du civisme, des ateliers de recyclage, de sécurité routière pour enfants », précisent les organisateurs.
Les baies d’El Jadida et de Sidi Bouzid accueilleront, quant à elles, de nombreuses compétitions sportives dont les sports de plage. Très apprécié des Jdidis, le BBS (Beldi Beach Soccer) sera à l’honneur dans le cadre d’un tournoi national de beach soccer aux côtés du beach volley et du beach tennis. En plus des tremplins de skate-board et de BMX qui donneront lieu à des compétitions originales à Sidi Bouzid.
A l’instar des précédentes éditions, le Festival sera aussi ponctué par des représentations théâtrales. Des troupes locales et nationales présenteront leurs créations sur la scène du théâtre Afifi.
Parmi les nouveautés de cette année, le « Jahara Talents », concours de musiciens en herbe et véritable dénicheur de talents, qui « verra ses horizons s’ouvrir au Royaume en devenant un concours national et non plus régional », souligne Mohamed Cheikh Lahlou. Objectifs : offrir une plate-forme d’expression musicale aux jeunes Marocains, révéler les plus prometteurs, les produire et découvrir ainsi les grands noms de demain.
Mais la grande nouveauté de cette année est le partenariat entre l’Association des Doukkala (organisatrice du Festival Jawhara) et le Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC). Suite à cette association, ce rendez-vous portera le nom de «Jawharat Al Hayat», sous le thème «La vie n’a pas de prix ».
« L’objectif étant de mobiliser un ensemble cohérent d’activités et d’opérations à caractère éducatif, culturel et artistique sur le thème de la sécurité routière», a souligné Benaceur Boulaâjoul, secrétaire permanent du CNPAC.

Alain Bouithy
Mardi 6 Août 2013

Lu 740 fois


1.Posté par amalia le 06/08/2013 22:43
sécurité routière quand on pousse au crime partout la pub pour ces engins de mort et de pollution que sont les voitures crédit harcèlement de toute sorte pour qu'on achète leurs engins de mort l'économie mondiale est basée sur la voiture et l'essence source essentielle de richesse pour les pays du golfe pays esclavagistes n'achetons plus de voitures voilà le vrai mot d'ordre le reste n'est qu'enfumage des peuples

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs