Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La cryothèrapie en question après un décès accidentel




La cryothérapie, qui expose le corps au froid extrême, était en ligne de mire aux Etats-Unis après le décès accidentel d'une jeune femme dans un centre de Las Vegas utilisant cette technique de soins d'avant-garde.
Chelsea Ake-Salvacion est morte la semaine dernière dans le salon de beauté Rejuvenice, qui propose ces soins à base de froid extrême censés réduire les douleurs musculaires, stimuler la peau et les tissus.
La jeune femme de 24 ans, une employée du spa, serait entrée dans l'une des chambres froides de l'établissement après la fermeture pour soulager des douleurs. Elle a été retrouvée morte le lendemain par un collègue, son corps congelé "dur comme de la pierre".
La police a estimé qu'il n'y avait rien de suspect et n'a pas ouvert d'enquête criminelle.
 Les autorités ont toutefois lancé une "étude des pratiques et normes de sécurité du secteur" encore naissant pour s'assurer que les entreprises qui utilisent cette technique, prisée notamment par certains athlètes, "ont mis en place des procédures pour protéger le public", selon un communiqué de la Division des relations industrielles du Nevada (sud-ouest des Etats-Unis).
Les deux salons Rejuvenice de Las Vegas ont été fermés jusqu'à nouvel ordre, non pas à cause de la mort de Mme Ake-Salvacion mais pour ne pas avoir contracté les assurances réglementaires pour leurs employés.
Une séance d'environ trois minutes dans une chambre froide coûte environ 100 dollars.
Des athlètes vedette comme le joueur de basket-ball LeBron James font de plus en plus appel à cette technologie qui expose le corps à des températures allant jusqu'à -150 degrés. Beaucoup d'experts ont mis en garde contre le traitement, qui selon eux n'a pas fait la preuve clinique de ses mérites. "Bien que cela puisse vous donner un coup d'adrénaline, il n'y a aucune preuve des bienfaits présumés pour la santé, ou des "soi-disant vertus de rajeunissement" de la cryothérapie, a affirmé à l'AFP Robert Glatter, médecin urgentiste à l'hôpital Lenox Hill Hospital in New York.
"C'est peut-être seulement le même principe que les packs de glace que l'on applique sur certaines parties du corps pour réduire les douleurs musculaires", a-t-il conclu.

Samedi 31 Octobre 2015

Lu 1343 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs