Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La crise en Libye aggravée par un troisième gouvernement




La crise en Libye aggravée par un troisième gouvernement
Le rejet par les deux autorités rivales dirigeant la Libye d'un troisième gouvernement soutenu par l'ONU aggrave une situation déjà chaotique dans un pays où croît de jour en jour la menace jihadiste à 300 km de l'Europe, selon des experts.
 Le gouvernement "d'union nationale", prévu par un accord parrainé par l'ONU, était censé mettre fin au conflit qui oppose deux "gouvernements" rivaux siégeant l'un à Tripoli et l'autre dans l'est, en reconstituant un pouvoir central.
 Or, ce gouvernement d'union, qui s'est autoproclamé, a réussi à les mettre d'accord... mais contre lui!
 "La naissance de ce gouvernement et de cette façon ne fait qu'aggraver la crise politique (...), engendrer de nouveaux conflits et déstabiliser davantage" la Libye, explique à l'AFP Mohamed Eljarh, expert libyen au Centre Rafic Hariri pour le Moyen-Orient, à Washington.
Si l'ONU et la communauté internationale espèrent faire en sorte que le gouvernement d'union siège à Tripoli, "cette orientation comporte des risques (...), ne serait-ce que du point de vue légal", ajoute-t-il.
 En vertu d'un accord signé en décembre 2015 au Maroc, un conseil présidentiel composé de neuf membres de factions rivales, a été créé pour proposer ce gouvernement d'union.
Pour être officiellement investi, ce gouvernement conduit par le Premier ministre désigné Fayez al-Sarraj devait obtenir un vote de confiance du Parlement reconnu par la communauté internationale, basé à Tobrouk, avant de s'installer à Tripoli, la capitale.
 Mais le conseil a proclamé le 12 mars, depuis l'étranger, l'entrée dans ses fonctions du gouvernement d'union de 18 ministres en se basant sur un simple communiqué de soutien d'une centaine de parlementaires (sur 198) et sans le vote de confiance requis.
 Avec un Premier ministre basé entre la Tunisie et le Maroc et des ministres dispersés dans différentes régions de Libye, le pouvoir d'action d'un tel gouvernement semble bien limité, soulignent les experts.
 "La question la plus importante" est de savoir si dans cette configuration, ce gouvernement est "capable de fonctionner", relève Mattia Toaldo, expert au centre de réflexion European Council on Foreign Relations. "Le gouvernement d'union aura besoin de l'aide des différents acteurs libyens et sa légitimité demeurera faible tant qu'il n'y a pas eu de vote au Parlement", ajoute-t-il.
 Dans sa déclaration annonçant l'entrée en fonction du gouvernement d'union, le conseil présidentiel a appelé à "mettre en place les modalités de passation des pouvoirs de manière pacifique et organisée".
Le conseil présidentiel annonce depuis Tunis que le gouvernement s'installera bientôt à Tripoli mais sans expliquer comment, alors que la capitale est contrôlée par des milices armées qui s'opposent à lui.
 Il "ne pourra pas s'installer à Tripoli tant que les principaux groupes armés ne lui ont pas prêté allégeance", tranche M. Eljarh.
 "La communauté internationale devrait être prête à lui fournir une protection militaire si besoin est. Est-elle capable d'intervenir si (le gouvernement Sarraj) le lui demandait?", s'interroge l'expert.
 Cette hypothétique installation présente "un risque sécuritaire majeur susceptible de provoquer des affrontements entre les groupes armés pour ou contre ce gouvernement".
 Depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est déchirée par les violences entre factions armées, une instabilité dont profite le groupe Etat islamique (EI) pour étendre son influence.
 Ce dernier s'est installé dans la ville côtière de Syrte pour y former des combattants. Les pays voisins du Maghreb comme la Tunisie et l'Algérie redoutent d'être déstabilisés à leur tour.
 Le chaos en Libye profite aussi aux trafiquants d'êtres humains et des milliers de migrants tentent de rejoindre l'Europe depuis ses côtes.
 Pour contrer les jihadistes, la communauté internationale met tous ses espoirs dans le gouvernement d'union qui serait susceptible de demander une intervention militaire.
 "Si la communauté internationale ne peut faire en sorte qu'il ait le contrôle des finances, d'une armée nationale forte et légitimée au regard du peuple, ce gouvernement est voué à devenir la plus faible des trois autorités en lice pour le pouvoir", souligne toutefois Michael N. Nayebi-Oskoui, spécialiste en stratégie géopolitique basé à Austin (Texas).
 Et d'enfoncer le clou: "On est très loin de voir un gouvernement central et fort" en Libye.

Jeudi 24 Mars 2016

Lu 177 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs