Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La crise de la quarantaine est un mythe




La «crise de la quarantaine» n’est pas un fait scientifique, affirme Live Science (relayé par le blog science de Slate Globule et télescope). L’adulte traverse de nombreuses crises qui ne peuvent être résumées à une décennie de sa vie en particulier. Margie Lachman, psychologue à l’Université Brandeis du Massachusetts précise à CBS que la crise de la quarantaine n’a donc jamais existé et qu’elle ne peut pas non plus se prévoir selon l’âge du patient.
Ce genre de situation est avant tout déclenché par un élément perturbateur: un échec professionnel, la maladie ou la mort d’un proche. Alexandra Freund, qui fait partie d’une équipe de chercheurs à l’Université de Zurich, explique à Live Science:
 «Il n’y a pas d’âge particulier qui prédisposerait à une telle crise. Il peut arriver qu’à certains moments, les individus cristallisent et considèrent des événements comme particulièrement problématiques. Un état d’esprit qui peut aller jusqu’à provoquer des perturbations très profondes dans leur vie. Les gens font l’expérience de ce genre de choses mais les crises ne sont en aucun cas liées à l’âge.»
La crise de la quarantaine a été conçue par la psychologie et l’imaginaire collectif, comme une réaction parallèle à une prise de conscience. Quand l’adulte se rend compte que ses valeurs de jeunesse ont été abandonnées au profit d’aspirations plus réalistes, la révélation de ce compromis —le confort plutôt que les buts de l’adolescence— serait mal vécue.
Mais des chercheurs ont établi que la personnalité restait relativement stable après le passage à l’âge adulte. Alors que dans certaines cultures, le concept de «l’âge mûr» n’existe pas, le mythe serait un pur produit de la culture occidentale. Les éléments qui tendent à accompagner ces «crises» —une nouvelle libido ou une récente passion pour les voitures de sport— ne sont en fait que des images renvoyées par des médias, Hollywood ou la publicité.
Les origines de cette notion de «crise de la moitié de vie» datent de 1965 et sont le fait d’un psychologue du nom d’Elliott Jacques, rapportait le New York Times au moment de son décès en 2003. Il l’avait proposé après plusieurs études cliniques sur des patients souffrant de symptômes de la dépression, notamment provoqués par la peur de vieillir. Mais Freund et Lachman dénoncent l’utilisation du terme en arguant que l’étude de l’époque, menée aussi sur des artistes, n’était pas crédible. Les arguments qui suggèrent que la crise est la conséquence d’une réflexion autour de la mort sont réfutés: Freund explique qu’on pense plus à la mort à l’adolescence et lors de la vieillesse que vers le milieu de notre vie.

Slate.fr
Jeudi 3 Mars 2011

Lu 513 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs