Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La crise de la dette en Europe complique la riposte contre l'Iran




La crise de la dette en Europe risque de gêner la mise en œuvre de sanctions économiques dures contre l'Iran, forçant les Etats-Unis à choisir entre intervention militaire ou stratégie d'isolement de la République islamique, estiment des experts américains.
L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a dévoilé mardi un document dans lequel elle exprime de "graves inquiétudes" concernant le programme nucléaire iranien, s'appuyant sur des informations "crédibles" selon lesquelles Téhéran œuvre à la mise au point de l'arme atomique.
Aussitôt Washington et les Européens ont fait part de leur intention d'imposer de nouvelles sanctions à la République islamique. La Russie s'est toutefois opposée à un nouveau train de mesures, ce qui rend improbable toute action en ce sens au Conseil de sécurité de l'ONU.
Sans marge de manœuvre aux Nations unies, les Etats-Unis et les 27 pourraient décider de sanctionner directement les exportations iraniennes de pétrole ou la Banque centrale iranienne. Mais une telle manœuvre heurterait l'économie européenne, qui s'enfonce dans la crise jour après jour. "L'Europe est visiblement très concentrée sur elle-même en ce moment, avec les difficultés économiques qu'elle connaît", observe Michael Singh, ancien responsable du dossier du Moyen-Orient au Conseil de sécurité nationale, instance qui relève de la Maison Blanche.
"Je ne pense pas qu'ils vont envisager quelque chose qui s'ajouterait à leurs problèmes", dit-il.
Washington interdit déjà à ses citoyens et aux entreprises américaines de commercer avec l'Iran. Des sanctions visant la Banque centrale elle-même reviendraient principalement à empêcher toutes entités étrangères faisant affaire avec elle à poursuivre leurs activités sur le sol américain.
L'impact pourrait être énorme. La Banque centrale d'Iran est considérée comme un élément pivot de l'industrie pétrolière du pays, reversant au gouvernement le produit de la vente d'énergie (qui représente 70% des revenus de Téhéran).
Alors qu'Israël menace de plus en plus ouvertement d'attaquer militairement l'Iran, les Etats-Unis ont réaffirmé jeudi leur opposition à une telle hypothèse. Une action militaire visant le programme nucléaire iranien pourrait avoir un "grave impact" dans la région sans pour autant dissuader Téhéran de poursuivre son projet, a mis en garde le chef du Pentagone Leon Panetta. Pour Lawrence Eagles, analyste du marché pétrolier chez JPMorgan Chase, "des sanctions vraiment sévères ou une action militaire contre l'Iran présentent clairement des risques géopolitiques qui entraîneront une hausse des cours du pétrole". Il estime que les six premiers acheteurs d'or noir iranien --la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Espagne-- importent environ 1,7 million de barils chaque jour.

AFP
Samedi 12 Novembre 2011

Lu 535 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs