Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La création publicitaire exposée au Jardin Majorelle




Cent ans d’affiches orientalistes à Marrakech

La création publicitaire exposée au Jardin Majorelle
Rénové récemment, le Jardin Majorelle accueille jusqu’à fin septembre prochain des affiches orientalistes provenant de la collection particulière de M. Abderrahman Slaoui, collectionneur averti d'affiches anciennes et auteur de livres sur l'art. Avec pour commissaire général de l’exposition : Bernard Sanz
Réunie sous le signe « Exposition de l’été 2010 », cette rétrospective publique offre à voir des affiches témoignant d’un siècle de création publicitaire. L’occasion pour les curieux et amateurs d’apprécier les charmes et la rigueur de l’affiche orientaliste.
«L'idée de constituer une collection d'affiches orientalistes m'est venue voici quelques années, lors d'un transfert d'ateliers au sein d'une fabrique de néons et d'enseignes commerciales. Pour marquer cet événement, et pour échapper au cocktail habituel, j'avais souhaité organiser une exposition en rapport avec l'activité de la société : la publicité.
J'ai pensé alors aux affiches de réclame d'antan, qui ont disparu de notre environnement au profit de nouveaux modes de communication; c'est ainsi qu'est né le projet de rassembler une collection d'affiches, autour du thème orientaliste, dont la variété et la richesse me semblaient d'une grande originalité », confiait ce fervent amateur d'art marocain dans «L’Affiche orientaliste» (2000, Editions Malika).
Rappelons que l’affiche orientaliste s’est développée au cours du XXème siècle. « Support évènementiel ou touristique, l’affiche sert à promouvoir. La figure féminine sert la plupart du temps de référence aux messages, associant dans un exotisme exacerbé, danseuse voilée, marchande d’orange ou porteuse de jarre à telle ou telle destination mentionnée par simple juxtaposition d’un texte. Mais ce qui est vrai des juxtapositions de figures à des textes commerciaux l’est tout autant des paysages, des monuments ou des scènes folkloriques », précise Félix Marcilhac, artiste français. Enfin, cet espace abritera en décembre prochain une exposition consacrée à Yves Saint Laurent et au Maroc. Egalement annoncée à Casablanca, cette exposition est organisée en partenariat avec la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent de Paris, propriétaire des lieux depuis cette année.

ALAIN BOUITHY
Jeudi 15 Juillet 2010

Lu 393 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs