Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La concurrence loyale, une clé de développement et de progrès

Les autorités de la concurrence doivent s’ériger en avocat de la concurrence




La concurrence loyale, une clé de développement et de progrès
La concurrence loyale constitue la meilleure voie pour le développement et le progrès de toute économie et la lutte contre les pratiques anticoncurrentielles doivent faire preuve de persévérance et de vigilance compte tenu de leurs techniques de plus en plus sophistiquées et difficiles à cerner, a déclaré, vendredi à Marrakech, le président du Réseau international de la concurrence (International competition network- ICN), Andreas Mundt. Intervenant à la cérémonie de clôture de la 13ème Conférence annuelle du Réseau international de la concurrence, tenu à Marrakech sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, il a particulièrement insisté sur le rôle des autorités de la concurrence et leurs prérogatives afin de garantir les règles de la concurrence loyale qui constitue l’esprit même de l’économie de marché et de la libre entreprise.  «Les règles de la concurrence, c’est la Constitution de l’économie et les autorités de la concurrence sont les gardes qui doivent veiller au respect de ses dispositions», a-t-il affirmé devant l’audience lors de la conférence qui a réuni, durant trois jours à Marrakech, les représentants des autorités de la concurrence de plus de 90 pays, de 130 ONG et de nombreux cabinets d’avocats spécialisés.
La mise en œuvre et l’implémentation des règles de la concurrence impliquent un travail en réseau des autorités de la concurrence et l’ICN, forum mondial unique au monde, permet ce travail de coopération pour des règles communes et homogènes en matière de concurrence qui favorisent une économie mondiale ouverte et transparente, a-t-il relevé.
Les autorités de la concurrence dans chaque pays doivent s’ériger en avocat de la concurrence loyale et s’employer à convaincre les politiques de la nécessité d’intégrer les règles de la concurrence dans leurs politiques de développement sectoriels, a-t-il conseillé. Et d’affirmer que les entreprises publiques devront elles aussi être soumises aux règles de la concurrence et recevoir le même traitement que les entreprises privées afin de garantir les principes de l’économie de marché et de la libre entreprise. Le président de l’ICN s’est félicité du succès des travaux de la rencontre de Marrakech, estimant qu’elle est l’une des meilleures éditions de cette conférence, compte tenu du nombre de participants (520) et la qualité des contributions au niveau des groupes de travail. 
Pour sa part, Abdelali Benamour, président du Conseil de la concurrence, a souligné l’importance d’un tel évènement qui offre l’opportunité d’échanger les expériences entre les autorités de la concurrence et d’initier des coopérations particulièrement bénéfiques aux jeunes autorités de la concurrence des pays émergents.

Mardi 29 Avril 2014

Lu 245 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs