Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La colère de Nadal




La colère de Nadal
En début de semaine, l’émission caricaturale de l’information des Guignols de l’Info a mis en scène Rafael Nadal dans deux sketchs. Dans le premier, lundi soir, on le voyait en train de remplir son réservoir de voiture avec... son urine, ce qui lui permettait de rouler à haute vitesse. Le second, mercredi soir, le mettait en scène avec d’autres sportifs ibériques en train de signer une charte de soutien au cycliste accusé de dopage, Alberto Contador. Et pour signer cette charte, point de stylo mais...une seringue, la plus grosse étant celle du tennisman.
Ces deux sketchs ont installé un climat austère entre la France et l’Espagne. Alors que la Fédération espagnole de tennis envisage d’attaquer Canal Plus en justice, Rafael Nadal a réagi face à ce qu’il considère comme des «injures» au sport espagnol et à ses sportifs. Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Garcia-Margallo, déclare que «ces vidéos sont d’un extrême mauvais goût et démontrent un sérieux manque d’éthique, pour ne pas dire qu’elles mentent», relaie le site internet Sports.
Pour le numéro deux mondial, «c’est le genre d’humour qui passe une fois, mais quand ça se répète encore et encore, ce n’est pas correct et je crois que ça dépasse un peu les limites». Pour lui, il y a une conspiration du sport français à l’encontre du sport de l’autre côté des Pyrénées. «Je ne crois pas que c’est le fait d’un seul média, c’est une campagne systématique contre un pays voisin. Je ne crois pas que ce soit une attaque contre moi ou contre quelqu’un d’autre en particulier, mais contre l’Espagne en général. Ce n’est pas seulement Canal Plus qui s’y livre, il y a aussi d’autres médias (français)».
Assurant que la réussite sportive des espagnols est due aux efforts et aux entraînements, le sextuple vainqueur de Roland-Garros sait qu’il est soutenu car toute l’Espagne se mobilise derrière ses sportifs. «C’est triste de subir une telle campagne contre quelque chose qui a coûté tellement d’efforts. Il n’a jamais été question de pilules, de seringues ou de quoi que ce soit de ce genre, je peux vous l’assurer. C’est un sujet sur lequel il faut une réponse collective», estime «Rafa» dans un entretien à la chaîne La Sexta.

Libé
Lundi 13 Février 2012

Lu 663 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs