Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La coalition gouvernementale menacée d'éclatement en Grèce

Echec des discussions avec la Gauche démocratique




La coalition gouvernementale menacée d'éclatement en Grèce
La Gauche démocratique, le plus petit parti de la coalition au pouvoir en Grèce, pourrait décider de retirer son soutien au gouvernement d'Antonis Samaras après l'échec des discussions sur la réouverture de la société d'audiovisuel public ERT, ont annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi deux responsables du parti.
Au moins deux députés indépendants ont indiqué jeudi qu'ils soutiendraient le gouvernement d'Antonis Samaras, fragilisé par des divergences sur la politique d'austérité et d'immigration.
Les tensions se sont accentuées depuis la décision du Premier ministre il y a dix jours de mettre en sommeil les trois chaînes de télévision et la radio de la société d'audiovisuel public ERT (Ellinikí Radiofonía Tileórasi), officiellement pour des raisons budgétaires.  Mis devant le fait accompli, les socialistes du Pasok et la Gauche démocratique avaient demandé une reprise immédiate des émissions.
Lundi, le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative du pays, a suspendu le décret gouvernemental qui avait ordonné la fermeture de l'ERT, ouvrant la voie à une reprise des émissions, toujours attendue.
Jeudi soir, pour la troisième fois depuis le début de la semaine, les trois partis n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur les modalités de réouverture de l'ERT. A l'issue de la rencontre, le chef de la Gauche démocratique, Fotis Kouvelis, a déclaré que ses propositions sur une nouvelle société d'audiovisuel public avaient été rejetées par le Premier ministre.
Il a accusé Antonis Samaras de ne pas respecter la décision du Conseil d'Etat. "Ce n'est pas une formalité, il ne s'agit pas d'une simple procédure, c'est fondamentalement une question de démocratie", a-t-il déclaré. "Nous ne sommes pas responsables de l'impossibilité à trouver un terrain d'entente", a-t-il ajouté.
Le dirigeant du Pasok Evangelos Venizelos, deuxième parti de la coalition en importance, a souligné de son côté la gravité de la situation et invité la Gauche démocratique à ne pas quitter l'équipe gouvernementale.
"La situation est particulièrement grave pour le pays, pour l'économie et pour les citoyens", a-t-il déclaré. "Nous voulons conserver un gouvernement à trois et nous demandons à la Gauche démocratique de ne pas rompre."
Le Premier ministre s'est plaint jeudi que sa proposition de rouvrir l'ERT avec environ 2.000 salariés, contre 2.600 précédemment, n'ait pas été acceptée par la Gauche démocratique.

Reuters
Samedi 22 Juin 2013

Lu 106 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs