Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La coalition antijihadistes monte en puissance

Le Congrès américain autorise Obama à armer les rebelles syriens




La coalition antijihadistes monte en puissance
La coalition initiée par Barack Obama pour détruire le groupe Etat islamique (EI) monte en puissance après la décision de la France de participer aux frappes en Irak et l'accord du Congrès américain pour aider les rebelles en Syrie face aux jihadistes. 
 A New York, le secrétaire d'Etat John Kerry devait présider  vendredi une réunion ministérielle du Conseil de sécurité de l'ONU destinée, selon lui, à "renforcer" cette coalition formée d'une quarantaine de pays et "à être plus précis" dans les attributions de chacun. 
La réunion devait se tenir en présence du général américain qui dirigera les opérations, John Allen, ancien commandant des forces américaines en Afghanistan et homme-clé de la guerre en Irak.
"Les Etats-Unis sont en train de bâtir une large coalition internationale pour affaiblir et, à terme, détruire l'EI", s'est félicité jeudi soir le président américain après la décision de la France de se joindre à la campagne aérienne américaine contre les positions de l'EI en Irak.
Le président français François Hollande a néanmoins prévenu que son pays n'enverrait pas de troupes au sol et n'interviendrait qu'en Irak, se démarquant sur ce dernier point des Etats-Unis, dont la stratégie implique également des raids aériens contre les fiefs de l'EI en Syrie.
Accusé par l'ONU de crimes contre l'humanité, ce groupe extrémiste sunnite sème la terreur dans les régions dont il s'est emparé ces derniers mois à la faveur de l'instabilité en Irak et de la guerre civile en Syrie voisine, y commettant les pires exactions -viols, enlèvements, exécutions, crucifixions et persécutions. 
Il a aussi diffusé depuis fin août des vidéos montrant la décapitation de deux journalistes américains et d'un humanitaire britannique enlevés en Syrie, tués selon lui en représailles aux frappes américaines. Jeudi, il a mis en ligne un enregistrement montrant un autre otage, le journaliste britannique John Cantlie, mais sans proférer de menaces.
Cette barbarie a révulsé la communauté internationale et poussé à forger la coalition mondiale, d'autant que les pays occidentaux craignent que des ressortissants partis combattre dans les rangs de ce groupe ne constituent un danger potentiel une fois revenus.
M. Obama a reçu l'aval du Sénat américain, qui a adopté jeudi soir le plan, d'un montant de 500 millions de dollars sur un an, pour équiper et entraîner des rebelles syriens modérés.
Ceux-ci, qui combattent aussi bien les jihadistes que le régime, devraient conduire l'offensive terrestre contre l'EI en Syrie, M. Obama ayant assuré qu'il n'enverrait pas de soldats américains au combat au sol.
 Dans le cadre de la stratégie anti-jihadistes annoncée le 10 septembre par M. Obama et prévoyant entre autres une intensification des frappes en Irak, les chasseurs américains ont visé pour la première fois un camp d'entraînement de l'EI au sud-est de Mossoul (nord). Selon un officier américain, quelque 40 jihadistes étaient présents sur le secteur visé.
 

AFP
Samedi 20 Septembre 2014

Lu 472 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs