Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La cité des Alizés prépare la 14ème édition de son prestigieux festival : Essaouira aux couleurs africaines




La cité des Alizés prépare la 14ème édition de son prestigieux festival : Essaouira aux couleurs africaines
Le Festival Gnaoua et musique du monde s’est investi dans la mémoire collective comme un événement culturel novateur et fédérateur, porté par un esprit, une philosophie et un concept qui en ont fait un rendez-vous unique en son genre, s’est réjoui Neila Tazi Abdi lors d’une rencontre avec la presse tenue récemment à Casablanca.
Le Festival d’Essaouira est « à la fois avant-gardiste et simple, ouvert et branché, en bref un festival accueillant », a déclaré la directrice de l’Agence A3 Communication, productrice et organisatrice du Festival.
Il faut dire que cet événement a su gagner, depuis sa création en 1998, une forte notoriété parmi les festivaliers qui viennent de tout le Maroc et d’ailleurs célébrer «un festival pas comme les autres » et une cité magique à bien des égards.
Il n’y a pas de doute. 14 ans après  sa création, le Festival d’Essaouira demeure un rendez-vous très prisé des Marocains qui se bousculent chaque année par centaine de milliers autour des sites du Festival. Mais aussi des milliers de touristes et curieux séduits par un événement « porteur de valeurs fortes de liberté, de fraternité et d’universalité ».
Une belle promotion pour le Maroc culturel et particulièrement pour la ville d’Essaouira qui célèbrera, du 23 au 26 juin prochain, la 14ème édition de son prestigieux Festival. Cette année, le rendez-vous des traditions musicales ancestrales et des musiques du monde devaient drainer quelque 400.000 festivaliers (contre 20.000 en 1998), selon les organisateurs qui présentaient lors de cette rencontre les grandes lignes de l’édition 2011.
Près de 300 artistes venant du Maroc et d’ailleurs sont attendus à cette édition aux couleurs africaines. Ils animeront 34 concerts au bonheur d’un public qui pourra, une fois encore, partager de merveilleux moments dans des lieux magiques: Place Moulay Hassan, Scène Méditel (plage), Bastion Bab Marrakech, Dar Souiri et Zaouia Sidna Bilal.
Au programme, le Festival propose des fusions inédites entre le Maâlem Mustapha Bakbou et Tigran Hamasyan, Maâlem Abdelkebir Merchane et Darga ainsi que le Maâlem Hamid El Kasri et Between Worlds. Mais aussi des concerts avec les groupes et artistes Salif Keita (Mali), K’naan (USA), Trilok Gurtu (Inde) ainsi que les Maâlem Mahmoud Guinea (Essaouira), Mohamed Kouyou (Marrakech), Ahmed Bakbou (Marrakech) et Abdenbi El Gadari (Casablanca).
Seront également de la fête, Ribab Fusion (Agadir), Abdenbi El Meknassi et Bnat Gnaoua  de Meknès. Cœur du Festival, les résidences artistiques réuniront cette année les Maâlem Kbiber avec Baba Sissoko et Mali Tamani Revolution, Hassan Boussou avec Jazz-Racines Haïti ainsi que Omar Hayat avec La Halla King Zoo.
Payants, les concerts intimistes accueillent cette année : Maâlem Abdellatif El Makhzoumi (Marrakech), Maâlem Abdelkader Amlil (Rabat), les Issaoua de Fès, Maâlem Saïd Ouressan (Casablanca), Maâlem Allal Soudani (Essaouira), Maâlem Abdelmajid Domnati (Tanger), Maâlem Abdellah Guinea (Essaouira), Maâlem Ahmed Dkaki (Casablanca), Maâlem Seddik Laarch (Essaouira) et Maâlem Rachid El Hamzaoui (Casablanca).
«L’Arbre à palabres», l’une des traditions du Festival Gnaoua et musique du monde, accueillera tous les jours artistes et public, au siège de l’Alliance française à Essaouira. Pour un forum de dialogue très spécial.
La nouveauté de ce festival s’appelle « Le festival dans la ville ». Il s’agit d’un festival pour et dans Essaouira qui propose un programme riche et pluridisciplinaire qui vise à faire participer acteurs sociaux, artistes, sportifs, adultes et enfants. Concocté par la province et la Ville d’Essaouira, il s’articulera autour de plusieurs activités mettant en valeur les charmes de la cité des Alizés «à travers la peinture, les sports nautiques ou encore les ateliers écologiques».
Malgré sa notoriété et un riche plateau artistique, ce festival reste sous-budgétisé. S’il se levait  au départ à «600 000dDH» et bien que le budget ait enregistré des améliorations ces trois dernières années, «cela reste un budget sous-budgétisé», a concédé Neila Tazi. Et d’observer, toutefois, que «malgré ses faibles moyens, il (le festival) est rentré dans la cour des grands».
Cette année, le budget s’élève à 10.600.000DH. Insuffisant, pourra-t-on dire. Mais grâce à un savoir-faire singulier et une expérience particulière, les organisateurs promettent de donner à cette édition la visibilité qu’elle mérite. Persuadés que «la musique gnaouie est très forte, (qu’) elle interpelle tous les musiciens du monde. Et quand on voit l’affluence des jeunes autour de ce festival, on comprend qu’il nous apporte quelque chose de particulier», conclut avec optimisme Neila Tazi.
La clôture de cette 14ème édition interviendra dimanche 26 avec au programme une soirée très spéciale déclinée sous le signe «Maâlem All Stars», qui réunira les plus talentueux maîtres gnaouis du Maroc. Une autre occasion «de promouvoir les valeurs de l’art gnaoui, l’humilité, le partage et la fraternité… au service de la musique et du public», soutiennent les organisateurs.

ALAIN BOUITHY
Lundi 16 Mai 2011

Lu 380 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs