Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La cellule jihadiste de Bruxelles voulait à nouveau frapper la France


Abrini avoue être “l'homme au chapeau” de l'aéroport de Bruxelles



La cellule jihadiste basée à Bruxelles avait l'intention de frapper à nouveau la France, mais elle s'est décidée dans l'urgence à lancer des attaques dans la capitale belge, a indiqué dimanche le parquet fédéral belge, confirmant des informations de presse.
 Dans le cadre de l'enquête, la justice belge a également inculpé l'un des principaux suspects, Mohamed Abrini, déjà accusé pour le dossier parisien, dans l'enquête sur les attentats de Bruxelles.
 "Le parquet fédéral confirme qu'il ressort de plusieurs éléments de l'enquête que l'objectif du groupe terroriste était de frapper à nouveau la France et que c'est pris de court par l'enquête qui avançait à grands pas qu'ils ont finalement décidé dans l'urgence de frapper Bruxelles", explique le parquet dans un communiqué, deux jours après l'arrestation de Mohamed Abrini.
 Un peu plus de quatre mois après les tueries parisiennes (130 morts), la police belge avait frappé un grand coup avec l'arrestation de Salah Abdeslam, le principal suspect, à Bruxelles le 18 mars.
 Le 22 mars, un double attentat suicide à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem et un kamikaze dans une station du métro au coeur du quartier européen ont fait 32 morts dans la capitale belge.
 Vendredi, la justice belge avait capturé dans la commune d'Anderlecht Mohamed Abrini, un Belgo-Marocain de 31 ans, ami d'enfance des frères Abdeslam, activement recherché depuis les attentats de Paris.
 Déjà soupçonné d'être impliqué dans les attentats du 13 novembre dernier à Paris et à Saint-Denis, il a reconnu être "l'homme au chapeau" filmé le 22 mars par les caméras de surveillance en compagnie des deux kamikazes de l'aéroport de Bruxelles-Zaventem, a annoncé samedi le parquet fédéral de Belgique.
 "Il a dû admettre que c'était lui (...), il n'avait pas d'autre choix", a dit un porte-parole.
 "Il a été confronté aux résultats de diverses expertises et a reconnu sa présence lors des faits. Il a expliqué avoir jeté sa veste dans une poubelle et revendu son chapeau ensuite", a précisé le parquet dans un bref communiqué.
 Les autorités belges ont inculpé dans la journée Mohamed Abrini, arrêté vendredi à Anderlecht, et trois autres personnes pour participation à une organisation terroriste et assassinats terroristes.
 Après ces arrestations et inculpations, tous les principaux suspects des attentats de Paris, Saint-Denis et Bruxelles sont soit morts, soit sous les verrous.
Au total, six suspects ont été appréhendés vendredi mais deux d'entre eux, interpellés en même temps que Mohamed Abrini, ont été remis en liberté, a précisé le procureur.
 Outre Abrini, le parquet de Belgique a inculpé Oussama K. Les enquêteurs ont établi qu'il était l'homme qui se trouvait le 22 mars dans la station de métro de Maelbeek, où un kamikaze s'est également fait sauter.
 Le suspect, identifié par la presse locale comme étant un ressortissant suédois du nom d'Oussama Krayem, pourrait être également impliqué dans les attentats parisiens.
Un ressortissant rwandais, Hervé B. M., et un autre suspect seulement identifié comme Bilal E. M. sont également poursuivis pour participation à une organisation terroriste et assassinats terroristes.
 Selon la presse belge, Bilal E. M. serait Bilal El Makhoukhi, condamné en janvier 2015 pour son implication dans une organisation aujourd'hui dissoute, Sharia4Belgium, chargée de recruter des combattants pour l'Etat islamique (EI) et de les envoyer en Syrie et en Irak.
 Condamné à cinq ans de prison, dont trois avec sursis, El Makhoukhi avait été autorisé à purger le reste de sa peine sous surveillance électronique chez lui le mois dernier, a indiqué le ministre belge de la Justice, Koen Geens. Makhoukhi avait été condamné l'an passé à son retour en Belgique après avoir perdu une jambe lors de combats en Syrie.
 Le procureur de Belgique a précisé que Bilal E. M. était soupçonné d'avoir aidé Mohamed Abrini et Oussama K.
 La police belge, appuyée par des tireurs d'élite, a mené samedi une perquisition dans un immeuble du quartier d'Etterbeek dans le centre de Bruxelles.
 Le bâtiment, dont les occupants ont été évacués, était un immeuble d'habitation avec un commerce au rez-de-chaussée. Les abords ont été bouclés et une équipe de la médecine légale est intervenue à l'intérieur des locaux.
 La police n'a procédé à aucune arrestation lors de cette opération et le parquet a précisé que ni armes, ni explosifs n'avaient été retrouvés sur place.

Libé
Lundi 11 Avril 2016

Lu 591 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs