Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La cassure à droite se confirme : Copé exclut un nouveau vote à l'UMP, Fillon réunit ses soutiens




La cassure à droite se confirme : Copé exclut un nouveau vote à l'UMP, Fillon réunit ses soutiens
Jean-François Copé, dont l'élection à la présidence de l'UMP (droite) reste contestée par son rival François Fillon, a estimé mardi que l'heure n'était pas à organiser un nouveau scrutin comme l'a suggéré l'ancien président Nicolas Sarkozy pour sortir de l'impasse.
"L'heure n'est pas, dans la passion du moment, dans l'amertume, le regret, à dire: il faut revoter tout de suite. Non !", a déclaré M. Copé sur France Info.
Selon plusieurs sources concordantes, Nicolas Sarkozy, qui a déjeuné avec François Fillon lundi et téléphoné à Jean-François Copé, estime qu'il serait préférable de revoter pour mettre fin au conflit qui déchire le premier parti d'opposition depuis plus d'une semaine maintenant.
"Ce sont des propos qu'on lui prête, moi personnellement, je ne l'ai pas entendu le dire", a assuré M. Copé.
Nicolas Sarkozy a également déconseillé à l'ancien Premier ministre de saisir la justice pour contester les résultats controversés qui ont donné la victoire à Jean-François Copé.
Lundi la commission des recours de l'UMP a donné la victoire à Jean-François Copé pour la seconde fois depuis le vote contesté des adhérents le 18 novembre.
Dès la proclamation des nouveaux résultats, François Fillon a jugé "illégale" la décision de cette commission dont il conteste la légitimité. Et il a immédiatement accusé son adversaire de "coup de force".
M. Fillon devait rassembler ses soutiens parlementaires mardi matin, à Paris, lors d'une réunion où "toutes les questions seront évoquées", selon le député "filloniste" Jérôme Chartier. Toutes, y compris l'éventuelle création d'un nouveau groupe à l'Assemblée nationale, distinct de l'UMP, une décision qui acterait la scission du premier parti d'opposition.
Il faut dire que la guerre des chefs à l'UMP tombe au bon moment pour l'Exécutif, embourbé dans le dossier de l'aéroport controversé de Notre-Dame-des-Landes et en butte à une forte opposition sur le mariage homosexuel.
"C'est vraiment une aubaine, on n'en demandait pas tant!" Comment cette ministre François Hollande et Jean-Marc Ayrault, en baisse régulière dans les sondages depuis plusieurs mois, ne peuvent que se réjouir des malheurs de l'opposition qui monopolisent l'attention des médias et font passer au second plan leurs propres difficultés.

AFP
Mercredi 28 Novembre 2012

Lu 222 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs