Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La capitale des Zayanes sans animation estivale : Le désert culturel et sportif de Khénifra




La capitale des Zayanes sans animation estivale : Le désert culturel et sportif de Khénifra
En cette période estivale et ramadanesque, les Khénifris ont du mal à vivre des activités ludiques, culturelles et sportives. Un désert culturel certain que vit depuis des années la ville de Khénifra.
En dépit de plusieurs tentatives intéressées et politiciennes, la capitale des Zayanes n’a pas pu créer un festival digne de ce nom et qui peut aspirer à  promouvoir la langue et la culture amazighes à travers un programme riche et diversifié. Cette manifestation mettrait en valeur au moins quelques aspects de la culture amazighe et  à laquelle  pourraient prendre part  un grand nombre d'associations locales et régionales, ainsi que plusieurs potentialités amazighes à l'échelle nationale.
Tous les moyens et les potentialités sont là pour initier un événement de cette envergure surtout qu’en été la capitale des Zayanes accueille plusieurs de nos ressortissants à l’étranger qui se retrouvent devant un vide atroce. Un désert que seuls quelques sites naturels mal protégés peuvent attirer. Et ce n’est pas les créneaux qui manquent pour accrocher les visiteurs.
De la chanson à la poésie en passant par l’art plastique ou encore la danse avec le fameux Ahidous, tous les ingrédients sont là pour mettre sur pied un véritable festival qui attirerait toute la région. Le théâtre et contrairement à ce qu’on peut penser est bien ancré dans la ville et plusieurs talents ont été contraints d’abandonner la scène, faute de soutien. Si quelques associations sérieuses proposent un programme d’animation pour le mois sacré ou la période estivale, c’est toujours le blocage des responsables de tout bord.
Les conseils élus, les autorités et les délégations des ministères concernés font la sourde oreille et préfèrent se manifester lors des cérémonies officielles seulement. Mais où va l’argent public censé aussi subventionner ce côté culturel dans une ville où les jeunes et moins jeunes  souffrent atrocement de la monotonie et d’un vide dangereux? Et ce ne sont ni les artistes, ni les sportifs, ni les intellectuels qui manquent dans cette ville longtemps marginalisée et qui n’a pu retrouver son salut que depuis l’historique visite Royale au site d’Ajdir. Il faut dire que plusieurs tentatives ont été réalisées par certaines associations et parfois des groupes de personnes mais ils ont toujours été combattus par une mentalité rétrograde intéressée par le seul profit personnel.
 On citera pour exemple dans le secteur sportif les quelques rencontres de football pour rendre hommage à certains joueurs qui ont beaucoup donné à l’équipe fanion de la ville, à savoir le Chabab Atlas Khénifra. Ce manque d’activités culturelles, sportives ou de divertissement a un impact indirect sur l’économie de la ville qui pourrait être une véritable destination touristique. Ce qui est sûr, c’est que l'émancipation de ce secteur reste le dernier souci des responsables à tous les niveaux dans une des régions où le patrimoine culturel est pourtant des plus riches du Royaume. 

Aboulkacim Zayani
Jeudi 4 Août 2011

Lu 2211 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs