Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La canicule change le quotidien des Marrakchis

En quête de fraîcheur à tout prix




La canicule change le quotidien des Marrakchis
De jour comme de nuit, la température à Marrakech atteint des degrés qui frôlent l’insupportable, et ce depuis pratiquement lundi dernier. Une situation assez critique qui a contraint nombres de Marrakchis et de visiteurs à opter pour d’autres villes ou régions fuyant la canicule. D’autres, par contre, ont choisi de rester, en dépit de tout. De ce fait la ville ocre ne désemplit pas. Preuve en est que les professionnels du tourisme se disent assez satisfaits du taux de remplissage des hôtels. Les rues et les ruelles, surtout celles de la Médina, connaissent un mouvement plutôt normal de par les touristes étrangers qui semblent trouver goût à ces températures. Pour ce qui est des habitants, en dehors des personnes obligées de quitter leurs foyers pour des raisons professionnelles, les autres préfèrent rester bien au frais chez eux, évitant ainsi l’insupportable chaleur. Quant aux plus jeunes  et , quand les moyens le permettent, ils vont se rafraîchir, pour quelques dirhams dans les différentes piscines publiques. Les plus démunis se contentent des fontaines qui représentent leur seul échappatoire. Sinon, tout le monde attend la fin de la journée pour profiter de températures plus clémentes. Les espaces verts sont investis en masse par les Marrakchis. Que ce soit Sidi Youssef Ben Ali, les jardins de l’Agdal, sur la pelouse du célèbre Boulevard Mohammed VI, anciennement connu par Boulevard de France,  ou ailleurs, il y en a pour tous les goûts. Ces escapades nocturnes où règne une ambiance familiale se poursuivent parfois jusqu’au petit matin, tellement la température reste encore élevée. Mais si ces endroits connaissent des affluences considérables, la vallée de l’Ourika bat de loin tous les records. Marrakchis, visiteurs nationaux ou touristes étrangers, tous n’ont d’yeux que pour cette localité devenue en ces temps un petit paradis terrestre. Très tôt le matin, voitures particulières, bus et motocyclettes prennent la direction d’Ourika pour s’assurer une place au bord de la rivière, car à partir de onze heures ou midi, les retardataires risquent de rebrousser chemin faute de places disponibles. Côté services sanitaires, toutes les dispositions ont été prises pour faire face aux éventuels effets de ces températures qui risquent, selon la météorologie nationale, de donner lieu à des averses orageuses.  

Khalil Benmouya
Vendredi 29 Août 2014

Lu 1056 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs