Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La campagne électorale démarre doucement : Les candidats de l’USFP battent le pavé et veulent y croire




La campagne électorale démarre doucement : Les candidats de l’USFP battent le pavé et veulent y croire
«Cette semaine, les choses sérieuses commencent ! ». Ahmed Chami se présente pour la première fois aux élections législatives et il ne se fait pas d’illusions : la campagne électorale n’est pas facile  et dans les jours à venir elle le sera encore moins. Le ministre usfpéiste du Commerce, de l’Industrie et des Nouvelles technologies n’a pas choisi la facilité. Il se présente à Fès-Sud, sa ville natale et a fait le pari de reconquérir ce fief perdu des Ittihadis. « J’ai beaucoup travaillé à ressouder les Usfpéistes de la ville. Il faut renforcer ce sentiment d’appartenance à la maison USFP. C’est ce que nous avons essayé de faire depuis de nombreuses semaines », explique A. Chami. Le ministre candidat s’est ensuite employé à mobiliser les troupes. Avec ses équipes de campagne, soutenu par les sections du parti, il a réussi à mobiliser les militants, prêts à se lancer dans la campagne. Depuis samedi 12 novembre, jour officiel du lancement de la campagne électorale, Ahmed Chami multiplie les réunions dans les quartiers de sa vaste circonscription. « En fait, je dis aux gens d’aller voter peu importe pour qui pourvu que cela se fasse pour un parti qui a un programme et un vrai projet de société. Il ne faut surtout pas céder la place aux acheteurs de consciences. On n’en a pas le droit », martèle ce militant quadra qui peut se prévaloir d’un bon bilan au ministère qu’il occupait au sein du gouvernement d’Abbas El Fassi.Les choses sérieuses commencent et ce n’est certainement pas Habib El Malki qui soutiendra le contraire. Le député sortant de Bejaad qui rempile pour un nouveau mandat est un habitué des consultations électorales.

 «Les symboles de la dépravation
ne sont pas indéboulonnables ! »
A son compteur sont en effet inscrites deux décennies d’élections. Mais attention, prévient-il, ces législatives ne sont pas comme les précédentes. « Elles tranchent par les contextes national, régional et international dans lesquelles elles se déroulent. Ce sont aussi des élections anticipées qui se déroulent après une campagne référendaire qui a mobilisé partis et société civile, une campagne référendaire qui a permis de dégager de nouvelles perspectives », fait valoir ce membre du Bureau politique de l’Union socialiste des forces populaires. Autre nouveauté pour ce candidat, sa circonscription s’est largement agrandie à la faveur du nouveau découpage électoral. Il s’agit désormais de faire campagne dans toute la province de Khouribga qui compte Oued Zem, Bejaad et leurs environs en plus de Khouribga. El Malki n’en est pas moins confiant et parle volontiers « d’un temps rural plus ou moins porteur du temps électoral ». « La périodicité des souks est un véritable baromètre. Dès mes premières sorties, j’ai remarqué que les gens étaient réceptifs. Vous savez, ces personnes ont une mémoire. Ils n’oublient rien. Je dirais même qu’ils sont complices du changement. Avant on disait que le changement venait des villes. J’ai l’impression qu’il vient aujourd’hui du monde rural », dit-il.
En se lançant à corps perdu dans la campagne électorale, Fatima Belmoudden, l’une des trois militantes de l’USFP à se présenter sur une liste locale, s’est fixé un seul objectif, celui de gagner. « Je me suis présentée non pas pour subir une défaite mais pour remporter un siège à la Chambre des représentants! » s’exclame-t-elle. Cette militante qui siège au Bureau politique du parti de la Rose est une femme de défi. Et en se portant candidate à Salé-Médina, c’est un nouveau défi qu’elle vient de lancer à la pratique politique et pas seulement à la Ittihadie convaincue qu’elle est. « Ici, à Salé, les citoyens vivent leurs élus actuels comme une fatalité. Des élus qui, pendant des années, ont incarné la dépravation politique. Les gens finissent par penser que ces personnes sont indéboulonnables et que Salé est condamnée à avoir mal à ceux qui la représentent. Moi je dis non. Et j’ai essayé, dans le cadre de la pré-campagne, de chasser ce fatalisme de la tête des militants de l’USFP, des sympathisants et des habitants de cette cité. En ces temps de réformes et de choix démocratique, a-t-on vraiment raison d’être pessimiste, de penser que rien ne va changer ? Je suis la candidate qui dit que oui, c’est possible. Salé peut changer, ne plus être la ville dortoir, la ville du crime, la ville de la pauvreté. Pour cela, il faut avoir confiance en soi et surtout que le citoyen retrouve confiance en la politique », précise F. Belmoudden.

En attendant le sprint final
Dimanche, la candidate de gauche a écumé les cafés populaires. En face, elle avait un concurrent de taille, le match Maroc-Cameroun. Dans ces cafés, témoigne-t-elle, elle a rencontré une jeunesse qui voulait savoir, comprendre. Des jeunes prêts à écouter aussi. Alors, Fatima Belmoudden leur a expliqué le changement, la démocratie, le renouvellement des élites.  Ce même dimanche, elle tenait son premier meeting dans une salle publique bondée. La preuve, relève-t-elle, que les citoyens veulent encore  y croire.  Retour à Fès, à des centaines de kilomètres de Salé. Mohamed Ameur est en campagne à Fès-Nord, une circonscription qui compte 178.000 électeurs dont 25.000 nouveaux inscrits. Premières impressions de campagne du ministre délégué en charge de la Communauté marocaine à l’étranger : les citoyens ont perdu confiance dans la politique. « Et malheureusement, certains exemples concrets leur donnent raison », précise cet Usfpéiste et fier de l’être. Cette année, la campagne est dure, très dure. Le candidat passe ses journées à discuter, débattre, convaincre des citoyens blasés et qui ne croient plus que la politique peut changer leurs vies. « Il faut faire preuve de beaucoup de pédagogie et de conviction. D’autant que l’enjeu de cette bataille électorale est sans conteste la participation. Les débats sont vifs. Le travail est de longue haleine. Ce n’est pas en 15 jours de campagne qu’on peut changer un état d’esprit qui s’est installé dans la défiance à l’encontre de l’action politique », affirme ce ministre USFP.  A Fès, ce militant ne cache pas ses craintes face à la puissance financière de certains candidats. « Une concurrence déloyale où certains peuvent employer et payer des centaines de journaliers et d’autres qui ne peuvent compter que sur des bénévoles ». En ces premiers jours de campagne, l’heure est encore aux échauffements. Depuis son fief de Bejaad, c’est Habib El Malki,  le vieux routier des élections, qui le rappelle, filant jusqu’au bout la métaphore du 100 mètres. Dans quelques jours, la campagne atteindra une vitesse moyenne qui permettra, explique-t-il, de tester les concurrents, avant le sprint final. Autant dire le grand saut vers l’inconnu.

Narjis Rerhaye
Mercredi 16 Novembre 2011

Lu 1026 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs