Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La bataille de Fallouja contre l'EI s'annonce longue et difficile

Grande inquiétude sur le sort de la population




Les forces irakiennes poursuivaient leur vaste offensive pour reprendre la ville de Fallouja au groupe Etat islamique (EI), une bataille qui s'annonce comme l'une des plus difficiles dans la guerre contre les jihadistes et met la population civile en grave danger.
Des bombardements aériens accompagnaient l'avancée des troupes vers cette ville de la province d'Al-Anbar située à seulement une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Bagdad, a constaté un photographe de l'AFP.
Lundi soir, les forces de sécurité ont annoncé avoir déjà repris Karma, une petite ville située dans un secteur rural au nord-est de Fallouja. "Ils ont hissé le drapeau (irakien) sur l'hôtel de ville", a dit le général Abdel Wahab al-Saadi.
L'ONU estime qu'il y a environ 50.000 personnes encore à Fallouja et qu'il est "important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs" pour fuir la ville, a indiqué lundi son porte-parole Stéphane Dujarric. "Un des problèmes est que les civils sont en grave danger quand ils cherchent à fuir", a-t-il ajouté.
Le signal de l'offensive avait été donné dans la nuit de dimanche à lundi par le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, qui a ensuite visité le centre de commandement.
Plus tard dans la journée, l'EI avait affirmé avoir repoussé "une large attaque" des forces irakiennes et détruit de nombreux blindés.
Fallouja est une ville clé pour l'EI puisqu'elle avait été la première conquise par les jihadistes en janvier 2014 au début de leur conquête de larges pans du territoire irakien.
Ce bastion sunnite avait auparavant été une ville symbole sous l'occupation américaine. L'armée américaine avait eu énormément de mal en 2004 à déloger les insurgés et y avait livré les combats les plus durs depuis la guerre du Vietnam.
La bataille de Fallouja s'inscrit dans le cadre de la lutte globale contre le groupe jihadiste implanté en Irak et en Syrie. Abadi a précisé que l'opération aurait dû commencer plus tôt mais qu'elle avait été retardée par "les problèmes politiques et certains évènements (...) menaçant la sécurité dans Bagdad".
L'Irak est embourbé depuis plusieurs mois dans une crise politique qui s'est matérialisée ces dernières semaines par l'envahissement à deux reprises par des manifestants de la Zone verte ultrasécurisée de Bagdad qui abrite les principales institutions de l'Etat.
L'opération sur Fallouja est menée, selon Abadi, par des militaires, des membres des forces spéciales et de la police, des milices et des tribus progouvernementales. Ces forces bénéficient du soutien de la coalition internationale antijihadistes dirigée par les Etats-Unis.
Selon le porte-parole de la coalition Steve Warren, 21 frappes aériennes ont été menées sur des positions de l'EI dans et autour de Fallouja depuis le 17 mai. Et un porte-parole du Pentagone a indiqué que l'armée américaine était prête à déployer ses hélicoptères de combat si le gouvernement irakien le demandait.
Bagdad a pour sa part annoncé avoir bombardé la ville avec des chasseurs F-16 mis à disposition par les Américains.

Mercredi 25 Mai 2016

Lu 201 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs