Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La barbarie frappe en plein Istanbul

Erdogan attribue l’attentat à un kamikaze syrien




La Turquie qui ne cesse de faire face à des attentats meurtriers et qui est en état d’alerte maximum depuis l’attentat suicide qui a fait 102 morts le 10 octobre devant la gare centrale d'Ankara (non revendiqué mais attribué à l’EI), le plus meurtrier de son histoire, vient d’en subir un autre mardi matin vraisemblablement de même nature et qui aura coûté la vie à au moins une dizaine de personnes et fait plusieurs blessés (une quinzaine selon les premiers bilans).
Ce serait un kamikaze d’origine syrienne qui se serait fait exploser près de la Basilique Sainte-Sophie à une quarantaine de mètres de la Mosquée Bleue, deux hauts lieux du tourisme stambouliote dans le quartier réputé de Sultanahmet en plein centre-ville d’Istanbul. La plupart des victimes de cet attentat sur la vaste esplanade située entre les deux monuments de culte seraient des étrangères et plus particulièrement des touristes asiatiques et allemands, d’où des recommandations du ministère germanique des Affaires étrangères qui a appelé ses ressortissants à éviter les lieux de rassemblements et sites touristiques à Istanbul.
Par ailleurs et un peu comme pour ajouter à la pagaille ambiante de cette situation confuse,  un incendie se serait déclaré dans un hôtel de 12 étages, dans le quartier de Maltepe à Istanbul. Une vingtaine de personnes auraient été évacuées et transportées à l'hôpital. Et même si des témoins ont rapporté qu'une explosion était à l'origine de l'incendie, aucun lien avec un quelconque acte malveillant n’a été établi. 
L’attentat, de hauts responsables gouvernementaux sous couvert d’anonymat, l’ont attribué volontiers au djihadisme et plus particulièrement à l’EI, une thèse qu’ont d’ailleurs confirmée de leur côté des sécuritaires turcs. 
Un Norvégien serait parmi les blessés. Cependant, dans l’immédiat, aucune source gouvernementale n’a pu étayer ces propos, pas plus le bilan du désastre que la nature de la forte déflagration qui a été entendue à des kilomètres à la ronde. Les autorités turques ont annoncé que l’enquête était en cours et comme à l’accoutumée dans pareils cas, elles ont muselé les médias leur interdisant de diffuser ou d’émettre quoi que ce soit sur ces évènements dramatiques, laissant la primeur au président turc Recep Tayyip Erdogan qui, dans un discours, a attribué l’attentat suicide perpétré à un kamikaze d'origine syrienne.
A Ankara, le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, a convoqué une réunion d'urgence avec le ministre de l'Intérieur ainsi que de hauts chefs de services de la sécurité du pays.
Même si aucune revendication n’a pour l’heure été faite, il est clair que Daesh a potentiellement désigné la Turquie et notamment Istanbul comme une cible privilégiée. A cela, si l’on ajoute les 900 km de frontières avec la Syrie pour le moins poreuses et dont une centaine est ouverte et incontrôlée, ce n’est pas demain la veille que la Turquie, qui doit compter avec le préoccupant front kurde, en plus de celui anti-Daesh, court des risques et des dangers qu’Erdogan tout déterminé soit-il à lutter contre l’EI ou le PKK est loin de pouvoir éviter.
Il est clair que ces derniers qui ont visé Istanbul mardi, s’attaquent maintenant à son économie et notamment au tourisme, une composante dans la politique intérieure qui vaut une forte croissance, faut-il le rappeler, la Turquie, ce grand pays de plus de quatre-vingt-millions d’habitants et dont des centaines de milliers traversent au quotidien ses frontières avec des voisins en lutte contre des organisations terroristes, de ses quarante-millions de visiteurs par an est l’un des tout premiers touristiquement.

Mohamed Jaouad Kanabi
Mercredi 13 Janvier 2016

Lu 1136 fois


1.Posté par imodo le 13/01/2016 07:56
qui a armé et encouragé daesh à détruire la syrie et à chasser son peuple dans le but de s'emparer de la syrie,c'est bien le régime islamiste turc qui a la nostalgie de faire revivre l'empire sanguinaire otoman,
la turquie savait que l'assassin Assad ne céderait pas,le peuple syrien devenu mendiant,affamé,est l'oeuvre des criminels, turc, séoudien, qatari, ligue arabe,parti baath,c'est un complet unique contre le peuple syrien mille fois plus avancé que les esclavagistes séoudien et qatari!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs