Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La banque enregistre une baisse des réalisations opérationnelles en 2009 : Le CIH recadre sa stratégie de croissance




La banque enregistre une baisse des réalisations opérationnelles en 2009 :  Le CIH recadre sa stratégie de croissance
Le CIH, un feuilleton à suspense ! Avec le nouveau P-DG Ahmed Rahhou, ce banquier hors pair qui a fait ses armes au Crédit du Maroc, on est, peut-être, convié à l’épisode du dénouement. Certes, la filiale commune à la CDG et au Groupe français Caisses d’Epargne n’a pas encore trouvé la pleine forme. Ses réalisations opérationnelles demeurent sinon timides du moins de faible performance. 2009, année charnière, marquée à la fois par la décélération du secteur immobilier et par la crise de liquidité, aura été maigre et de moindre profitabilité. Le PNB -Produit net bancaire- devait dévisser de 8,3% à 1.217 millions de DH, au lieu de 1.327 millions en 2008, en raison notamment du fort repli de la marge nette d’intérêt qui tombe à 982 millions de DH. M. Rahhou explique cette évolution négative par «la baisse des reprises des agios réservés» (-80 millions de DH) et par l’impact de la titrisation de 1,5 milliard de DH (-128 millions de DH).
En parallèle à cette faible performance au niveau de l’exploitation, les charges générales se sont alourdies de 17,7% à 811 millions de DH vs 689 millions de DH en 2008. Cette surcharge intègre, d’après les comptes d’exploitation arrêtés à fin 2009, une provision de 26,5 millions de DH pour dépréciation de fonds de commerce (activités hôtelières) et des charges externes liées à l’impact de «ralignement du plan informatique».
Mais, le CIH ne va pas si mal que ça. Les dépôts de la clientèle ont augmenté de 6,7% (contre 4,6% pour le secteur), atteignant 17.895 millions de DH contre 16.774 millions de DH en 2008, soit finalement une collecte nette de 1,12 milliard de DH en 2009. Sauf que dans le cas du CIH, à la différence des autres banques de la place, la part des dépôts rémunérés représente 53%, beaucoup plus que la moyenne du secteur.
Si dans les autres banques ce sont les dépôts qui font les crédits, au CIH, autre spécificité, l’encours net de crédit à la clientèle dépasse de loin la collecte. Ainsi en 2009, le CIH a distribué quelque 21.913 millions de DH, un volume en expansion de 2,67% en comparaison avec 2008. Il faut préciser ici que cet encours net est tiré par les crédits immobiliers, qui ont augmenté de 9,4% à 3,6 milliards de DH. Le nouveau patron de la banque devait rappeler à ce sujet que le CIH est la 1ère banque du logement social avec un montant de 2.675 millions de DH ou 33% de parts de marché (à travers sa forte participation au programme Fogarim).
Il faut dire que le CIH se heurte à quelques difficultés de croissance. Cela ne le dispense nullement d’ambitionner de «bâtir son avenir». Parallèlement au processus d’assainissement (réduction du stock de créances en souffrance à 7.240 millions de DH au lieu de 7.428 millions en 2008, et baisse du taux de contentieux qui évolue encore aux alentours de 38,2%), le nouveau P-DG s’attelle à la construction de la banque universelle. Dans son «Plan 2010-2014», M. Rahhou a initié d’abord un nouvel organigramme, comprenant trois «business units» : Retail bank (banque de détail), la corporate bank (avec un centre d’affaires pour les entreprises en synergie avec l’actionnaire français Banques Populaires-Caisses d’Epargne –BPCE-) et la banque de l’immobilier. D’autres pavés sont également mis en place, dédiés au recouvrement, au développement des ressources humaines et au renforcement du dispositif de gestion de risques. D’ici 2011, «nous espérons réussir le déploiement de la banque de détail, à l’identique de ce qui se fait sur le marché, voire avec des atouts compétitifs », promet Ahmed Rahhou.
Par rapport aux ratios de rentabilité, productivité et risque, qui sont, bien entendu, au-dessous de la moyenne du secteur, M. Rahhou n’a pas hésité à dire son insatisfaction. Les coûts de gestion et d’exploitation de la banque sont, à son avis, «excessifs  et trop élevés». N’empêche ! «On peut nettement mieux faire».
Malgré cette maigre moisson 2009, le PDG a dit mettre en distribution un dividende de 6 DH par action, soit les deux tiers des bénéfices réalisés. On peut dire que la banque n’a pas de problème de fonds propres, qui ont atteint 2.806 millions de DH pour un total bilan de 27.112 millions de DH. Avec l'actuel plan de restructuration, le management fait preuve de créativité pour concevoir de nouveaux produits et «consolider la position du CIH en tant que banque universelle qui exerce avec professionnalisme tous les métiers avec une offre compétitive», dira M. Rahhou. Sachant que « rester monoactivité est porteur de risque (et que) le « marché de la banque au Maroc n’est pas du tout saturé». Cela dit, sur le marché boursier, l’évolution du titre CIH est à proprement parler décevante. Après avoir culminé à 725 DH l’action en juillet 2007, dans le sillage de la prise de participation des Caisses d’Epargne (via Massira Capital Management, une holding commune avec CDG), la valeur CIH ne pouvait que péricliter après, tombant à 500 DH, début 2009, puis à 400 DH début 2010. On verra demain, si le marché réagira favorablement au Plan Rahhou !

Abdelouahed Kidiss
Vendredi 19 Mars 2010

Lu 738 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs