Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Turquie redoute de faire les frais des accords de libre-échange entre Bruxelles et les Etats-Unis




La Turquie redoute de faire les frais des accords de libre-échange entre Bruxelles et les Etats-Unis
Toujours à la porte de l'Union européenne, la Turquie redoute de faire les frais des accords de libre-échange négociés par Bruxelles avec les Etats-Unis ou le Mexique, qui menacent de remettre en cause les bénéfices du traité d'union douanière signé il y a près de vingt ans.
L'inquiétude courrait depuis des semaines, le ministre turc de l'Economie l'a exprimée sans détour. "Il faut jeter l'accord d'union douanière à la poubelle et le remplacer par un accord de libre-échange", a lancé Zafer Caglayan; "dans sa forme actuelle, l'union douanière est loin d'assurer le libre marché et le libre-échange".
Au bord de la récession, l'UE a commencé à négocier avec plusieurs de ses partenaires commerciaux des accords de libre-échange, avec l'espoir de relancer sa croissance et de freiner la hausse du chômage.
Même si elle n'en est pas partie prenante, cette politique s'avère lourde de menaces pour la Turquie. Car aux termes de l'accord d'union douanière signé en 1995 entre Ankara et Bruxelles, tout pays tiers qui signe un traité commercial avec l'UE se voit directement offrir un accès au marché turc. Par contre, les entreprises turques ne bénéficient en retour d'aucun des avantages accordés aux exportations européennes.
Pour le gouvernement turc, l'enjeu est de taille. Les 27 absorbent à eux seuls près de 40% des exportations turques, pour un montant de 152,5 milliards de dollars en 2012. Alors que sa croissance a lourdement chuté à 2,2% l'an dernier après deux années folles à plus de 8%, pas question donc pour Ankara d'accepter une telle perspective.
Déjà très irritée par le blocage de son processus d'adhésion à l'UE, la Turquie se sent "mise sur la touche", résume l'expert Mustafay Kutlay, du centre de réflexion USAK d'Ankara. "Ces accords font peser un risque évident sur l'avenir de son économie", dit-il.

AFP
Mercredi 29 Mai 2013

Lu 505 fois


1.Posté par Le Belge le 29/05/2013 19:00
...et si les Turcs dénoncent l'accord douanier UE-TR qui apparemment et en leur défaveur, que ferons-nous pour nos exportations vers ce pays qui est la 6ème puissance économique en Europe? Encore du chômage dans l'air!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs