Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La SDJ organise une séance d’audience des victimes de Ramid




La SDJ organise une séance  d’audience des victimes de Ramid
Une séance d’audience publique des victimes des décisions du ministre de la Justice et des Libertés sera organisée par le Syndicat démocratique de la justice (SDJ) le 17 mars, alors que le lieu de la rencontre, consacrée à l’audience des personnes victimes de tortures psychologiques et physiques et de toutes les formes de harcèlement, sera fixé ultérieurement, informe un communiqué de presse du SDJ. «Notre objectif est de mettre à nu la politique répressive du gouvernement actuel», a souligné Charifi Alaoui, membre du Bureau national du SDJ dans une déclaration à «Libé». Et d’ajouter :«Nous voulons montrer à l’opinion publique, aux organisations des droits de l’Homme, comment les fonctionnaires du secteur de la justice ont été traités par ce gouvernement. Leur seul péché est d’avoir osé exprimer leurs revendications d’une façon pacifique».
Les relations entre le SDJ et le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, se sont dégradées quand ce dernier a transgressé les règles de la représentativité syndicale et la négociation collective. En effet, bien que le SDJ soit le syndicat majoritaire dans le secteur avec plus de 70% des commissions paritaires régionales et 100% des commissions paritaires centrales, le ministre de la Justice et des Libertés préfère négocier et discuter avec le syndicat dans la mouvance de son parti politique, le PJD. En outre, Ramid a pris également la décision d’exclure le corps des secrétaires-greffiers du dialogue national sur la réforme de la justice entamé il y a un an, ce qui a provoqué l’ire du SDJ qui a mené une campagne de protestation contre les décisions arbitraires du ministre. Mais, le gouvernement a recouru à la répression notamment les ponctions sur les salaires des grévistes pour museler le SDJ. «Rien n’a changé. Ce que nous avons vécu durant les années de plomb se reproduit avec ce gouvernement. Ce dernier ne veut pas régler les problèmes, mais plutôt prendre sa revanche», a martelé Alaoui Charifi.
Pour rappel, le SDJ a organisé, à la fin de la semaine dernière, une marche pacifique à Rabat. Les dirigeants du syndicat se sont félicités du bon déroulement de la marche qui a eu lieu dans le calme et sans intervention policière, car «le ministre de la Justice était, ce jour-là, hors du pays», ironise le communiqué de presse du SDJ.

Mourad Tabet
Mercredi 6 Mars 2013

Lu 388 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs