Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Russie coupe les robinets du gaz à l’Ukraine après l’échec des négociations

L’approvisionnement européen épargné dans un premier temps




La Russie coupe les robinets du gaz à l’Ukraine après l’échec des négociations
La Russie a coupé le gaz à l'Ukraine lundi après l'échec de leurs négociations, une mesure qualifiée par Kiev de "nouvelle agression" contre l'Etat, qui risque d'affecter l'approvisionnement en Europe cet hiver.
Cette crise s'ajoute à une insurrection prorusse dans l'Est où les séparatistes ont brièvement occupé lundi le Trésor et le bâtiment de la Banque centrale à Donetsk, la capitale régionale, faisant craindre aux autorités la perte du contrôle financier sur la région industrielle du Donbass, bassin minier vital à l'économie ukrainienne.
Après des négociations entre le maire de Donetsk, Olexandre Loukiantchenko et les représentants de la république séparatiste autoproclamée de Donestk, les activités de ces administrations devaient reprendre normalement hier.
La Russie a "réduit à zéro" les livraisons de gaz à l'Ukraine, ne laissant entrer que les volumes destinés aux pays européens, a souligné le ministre ukrainien de l'Energie Iouri Prodan, assurant que son pays ne perturberait pas le transit vers l'Europe.
Le directeur général du géant gazier russe Gazprom, Alexeï Miller, a estimé qu'il n'y avait "plus matière à discussion" avec l'Ukraine, qu'il a accusé de "chantage" après l'échec des négociations qui a conduit à la décision de cesser les approvisionnements.
Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a dénoncé de son côté une mesure pour "détruire l'Ukraine". "C'est une nouvelle étape de l'agression russe contre l'Ukraine", a-t-il affirmé.
Après des crises similaires en 2006 et 2009 qui avaient eu un impact sur les approvisionnements gaziers de l'Europe, la décision russe, survenue juste avant l'été, n'aura pas d'effet immédiat. "Nous ne voyons pas de menace pour les approvisionnements de l'Allemagne", gros consommateur du gaz russe, a réagi un porte-parole du ministère allemand de l'Economie.
Près de la moitié du gaz importé de Russie en Europe, soit environ 15% de la consommation européenne, transite par le territoire ukrainien.
Le commissaire européen à l'Energie, Guenther Oettinger, a néanmoins averti que l'Europe pourrait être confrontée, en cas d'hiver rigoureux, à une pénurie de gaz si l'Ukraine puisait dans les réserves présentes sur son sol.
A l'expiration de son ultimatum, Gazprom a annoncé qu'il ne fournirait à l'Ukraine, dont la dette gazière atteint 4,5 milliards de dollars, que ce qu'elle règlerait à l'avance. 
 

AFP
Mercredi 18 Juin 2014

Lu 352 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs