Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Polynésie sous la menace d’«Oli»




La «dépression tropicale forte» Oli a évolué en cyclone, et se trouve actuellement à proximité de Bora Bora et de Maupiti, dans l’archipel des Îles Sous le Vent, en Polynésie française, selon le Haut-commissariat.
Oli devrait toucher dans la matinée de jeudi Tahiti, où les vagues atteignent plus de sept mètres et le trafic maritime et aérien a été suspendu, selon la même source.
Malgré les consignes du Haut-commissariat, la grande majorité des habitants de deux îles isolées, Scilly et Mopelia, ont refusé d’évacuer, et ne sont plus joignables.
Bora Bora et Maupiti subissent des vents de plus de 120 km/h et la circulation est interdite. Plus de 650 touristes qui n’ont pas pu quitter Bora Bora ont été pris en charge par les services de sécurité, et relogés dans les hôtels.
Tous les établissements scolaires de l’Ouest de la Polynésie sont fermés. La population doit abandonner les habitations en tôles ou en matières végétales, pour gagner les bâtiments en béton: mairies, écoles ou églises. Le Haut-commissariat, représentation de l’Etat en Polynésie française, recommande de «rester chez soi ou de rejoindre un abri mis en place par les communes».
Le centre hospitalier a donné pour consigne à son personnel de rester en poste pendant les prochaines vingt-quatre heures.
Tahiti et Moorea, qui concentrent la majorité de la population polynésienne, seront placées en alerte rouge par le Haut-commissariat à partir de 18h00 mercredi (heure locale, 7h00 heure de Paris et 6h00 GMT), et la circulation sera interdite à partir de 22h00 (heure locale, 9h00 heure de Paris, 8h00 GMT).
Larchipel des Iles Sous le Vent comprend aussi Raiatea et Huahine, qui devraient être touchées quelques heures plus tard.
La ministre de l’outremer, Marie-Luce Penchard, en visite à Papeete depuis dimanche à indiqué par téléphone qu’elle modifiait complétement son programme. «Les avions ne décollent plus, je partirai au plus tôt vendredi matin», a-t-elle indiqué depuis le PC de crise du Haut-Commissariat. « On a des bourrasques, beaucoup de vent, beaucoup de pluie, le phénomène est important. Un hélicoptère va récupérer 18 personnes qui vivent en bord de mer aux Iles sous le Vents et les ramener vers Faa’a, à Tahiti.» a précisé la ministre. «Ca va être compliqué cette nuit.» a-t-elle ajouté. Mme Penchard a estimé que «si demain il y a des dégâts très importants, je m’en rendrai compte sur place pour voir ensuite comment l’Etat peut aider la Polynésie». «Il y a beaucoup d’habitats insalubres, et je suis très inquiète pour ces familles.» a-t-elle observé.

Reuters
Vendredi 5 Février 2010

Lu 187 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs