Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Malaisie vote pour les législatives les plus disputées de son histoire




La Malaisie vote pour les législatives les plus disputées de son histoire
Les Malaisiens ont voté dimanche pour les législatives les plus contestées de leur histoire, qui pourraient sonner le glas de plus d'un demi-siècle de règne du parti au pouvoir, éclaboussé par des accusations de corruption.
"Les temps ont changé. Le gouvernement doit changer": comme H.Y. Ong, retraité faisant la queue devant un bureau de vote de la capitale Kuala Lumpur, des millions de Malaisiens pourraient avoir réclamé dimanche par les urnes la première alternance politique depuis l'indépendance en 1957 de l'ancienne colonie britannique.
Selon les sondages, les élections pourraient marquer la fin des 56 ans de règne de la toute-puissante Organisation nationale unifiée malaise (UMNO) du Premier ministre Najib Razak, en faveur du charismatique Anwar Ibrahim, un réformateur ayant fait de la lutte anticorruption son cheval de bataille.
Une enquête d'opinion réalisée sur 1.600 personnes en avril et mai par l'institut indépendant Merdeka crédite le Pakatan Rakyat (Pacte populaire), coalition d'Anwar Ibrahim, de 89 des 222 sièges au Parlement, contre 85 pour le Barisan Nasional (Front national) qui soutient M. Najib, un apparatchik de 59 ans issu de la noblesse musulmane malaise.
Aucun chiffre de participation n'était disponible à la clôture du scrutin, à 17H00 (09H00 GMT) mais de longues files d'attente devant les bureaux de vote ont pu laisser penser à un taux élevé, ce qui pourrait jouer en faveur de l'opposition, selon les analystes.
Le Pakatan détient actuellement 75 sièges, contre 135 au Barisan, la coalition au pouvoir dont l'UMNO est la locomotive. La majorité absolue est fixée à 112 députés.
Mais l'institut Merdeka souligne que près de 50 sièges restent indécis, rendant l'issue du scrutin plus qu'incertaine.
"Ces chiffres montrent qu'aucun des camps ne possède un avantage évident", a expliqué à l'AFP le directeur de l'institut Merdeka, Ibrahim Suffian.
Le sondage jette le doute sur les pronostics des politologues qui s'accordaient jusqu'à présent à annoncer la victoire de l'UMNO, mais avec une majorité réduite.
L'UMNO est créditée du formidable boom économique du "tigre" malaisien, une nation musulmane de 28 millions d'habitants passée en 25 ans du stade de pays en développement à celui de pays développé.
Mais l'Organisation a vu sa popularité se réduire comme peau de chagrin à force de scandales de corruption dont le moindre n'est pas celui des sous-marins Scorpène, impliquant le français Thales et Najib Razak. Une enquête préliminaire a été ouverte en France au sujet de ce contrat d'un milliard d'euros.
"On ne peut nier le fait qu'il y a clairement une lame de fond, un changement majeur" en faveur de l'opposition, a assuré M. Anwar peu après avoir déposé son bulletin dans l'urne.
Samedi, dans un entretien à l'AFP, l'oppposant de 65 ans avait estimé que seule la fraude électorale pouvait lui voler la victoire, alors que les accusations de favoritisme au profit du parti au pouvoir se multiplaient, renforcées par la découverte que l'encre "indélébile", destinée à éviter les votes multiples, part en fait au premier lavage.
M. Anwar a fait son cheval de bataille de la lutte pour une démocratie "réelle", lui qui a eu à souffrir de ce qu'il appelle "l'autoritarisme" de l'UMNO. En 1998, alors vice-Premier ministre et pressenti pour prendre la tête du gouvernement, M. Anwar avait été condamné pour sodomie, une accusation largement considérée comme politique.
Finalement blanchi, il ressortait de six ans de prison devenu une sorte de Nelson Mandela local et effectuait une percée électorale inédite lors des dernières législatives de 2008, réussissant à tripler le nombre des députés de sa coalition tripartite.

Libé
Lundi 6 Mai 2013

Lu 90 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs