Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Libye veut rétablir l'ordre

Secteur pétrolier




La Libye veut rétablir l'ordre
Le gouvernement libyen menace de faire usage de la force pour rétablir l'ordre dans le secteur pétrolier, poumon économique du pays agité par des mouvements de protestation qui ont fait chuter la production de brut.
Un groupe de gardes des installations pétrolières, en conflit ouvert avec le gouvernement, a décidé de saisir des navires "et d'exporter le pétrole pour leur profit personnel", a annoncé vendredi le Premier ministre libyen Ali Zeidan.
En retour, M. Zeidan a menacé de bombarder tout bateau qui s'approcherait des ports pétroliers sans être lié par un contrat avec la Compagnie nationale de pétrole (NOC).
Depuis plusieurs semaines, ces conflits affectent la production libyenne, tombée à 500.000 barils par jour contre 1,5 million b/j auparavant. Fin juillet, la production est même descendue jusqu'à 330.000 b/j.
Les groupes de gardes ferment régulièrement des terminaux pétroliers à Brega, Zoueitina, Ras-Lanouf et Sedra (est), et empêchent les bateaux de charger leur cargaison, selon M. Zeidan.
Les gardes, qui dépendent du ministère de la Défense, accusent depuis plusieurs semaines le Premier ministre et le ministre du Pétrole d'avoir commercialisé du brut de façon irrégulière.
La NOC a volé au secours du gouvernement, assurant que toutes les transactions de pétrole avaient été régulières. Une commission composée de juges doit être créée "afin d'enquêter sur ces accusations", a annoncé Ali Zeidan.
Mais les gardes, souvent d'ex-rebelles qui se sont illustrés dans la lutte contre le régime de Mouammar Kadhafi en 2011, n'ont pas rouvert tous les terminaux pour autant.
Leur unité a été formée après la chute du régime pour sécuriser les installations pétrolières du pays, situées essentiellement dans des zones désertiques, mais les ex-rebelles n'hésitent pas à recourir aux armes pour défendre leur existence ou leurs intérêts.

Pertes colossales
"Ces troubles ont affecté l'économie du pays (...). Depuis le 25 juillet, la Libye a perdu 1,6 milliard de dollars", a affirmé le ministre du Pétrole, Abdelbari al-Aroussi.
Jeudi, le vice-ministre du Pétrole Omar Chamakh avait annoncé une perte de 2 milliards de dollars dans le secteur pétrolier sur les 7 premiers mois de l'année.
"Si les troubles continuent, l'Etat ne sera plus en mesure d'honorer ses engagements, et ne pourra plus verser les salaires", a-t-il averti.
Pour le Premier ministre, la situation a en outre "entamé la crédibilité de la Libye sur le marché mondial du pétrole", dont les cours ont été dopés par les événements en Egypte et par la chute de la production en Libye.

Libé
Lundi 19 Août 2013

Lu 101 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs