Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Guardia civil sommée de s’expliquer sur la tragédie de Sebta

Le ministre de l’Intérieur appelé à comparaître devant le Congrès des députés




La Guardia civil sommée de s’expliquer sur la tragédie de Sebta
Le gouvernement espagnol a demandé à la Guardia civil de préparer un rapport « exhaustif » sur la tragédie de Sebta où 15 Subsahariens ont trouvé la mort au cours de la semaine écoulée en essayant d’entrer à la nage au préside occupé.
Selon l’agence espagnole Europa Press, la vice-présidente du gouvernement, Soraya Sáenz de Santamaría, a affirmé ce mardi que le ministre de l’Intérieur, Jorge Fernández Díaz, a demandé à la Guardia civil de préparer « un rapport exhaustif » sur ce qui s’est passé jeudi dernier. 
Dans des déclarations à la radio nationale, la vice-présidente a rappelé que le ministre de l’Intérieur comparaîtra ce jeudi devant les parlementaires au Congrès des députés (Chambre basse du Parlement espagnol) pour leur expliquer les faits.
Elle a défendu le travail des forces de sécurité qui, « au cours de l’année dernière, ont pu secourir quelque 3500 personnes et 175 seulement au mois de janvier ». 
Il convient de rappeler que les immigrés subsahariens qui ont survécu au drame, avaient accusé la Guardia civil espagnole d’avoir tiré sur eux, ce qui a provoqué de la panique et partant la tragédie. Sur ce, le Parti socialiste  ouvrier espagnol (PSOE, principal parti d’opposition) a demandé la comparution devant le Parlement de toute urgence du ministre de l’Intérieur, Jorge Fernández Díaz, pour donner des explications à propos de ce qui s’est  passé à Sebta, alors que la Gauche unie (Izquierda unida, opposition) est allée plus loin en appelant à la démission du ministre de l’Intérieur espagnol.
La vice-présidente du gouvernement espagnol a, par ailleurs, salué la bonne coopération du Maroc pour une meilleure gestion de la problématique de l’immigration. « Il y a une bonne coopération avec le Maroc et surtout un bon dialogue pour tenter de renforcer cette collaboration», a-t-elle souligné. Pour elle, les pays de l’Union européenne doivent prendre en compte que mettre fin à « ce genre de tragédie ne peut être obtenu que d’une seule façon : encourager l’entrée légale, travailler en commun pour lutter contre les mafias et coopérer pour que les pays d’origine arrivent à un niveau de bien-être, ce qui dissuaderait les gens de se lancer dans des aventures tragiques». 

MM
Mercredi 12 Février 2014

Lu 614 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs