Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Guardia civil enquête sur les menaces proférées par le jihadiste marocain dit «Kokito»

Un rapport de l’Institut espagnol des études stratégiques souligne que les réseaux sociaux se sont convertis en un puissant outil pour les groupes terroristes




La Guardia civil espagnole a diligenté une enquête sur les menaces proférées par le tristement jihadiste marocain connu sous le nom de « Kokito », alors que son nom réel est Mohamed Hamdouche à peine âgé de 28 ans.
Ce jihadiste natif de Fnideq est apparu sur une vidéo exhibant une arme blanche devant les têtes coupées de cinq victimes tuées par Daech et connu pour ses menaces terroristes contre le Maroc et l’Espagne exprimées explicitement sur des vidéos diffusées sur YouTube. Il est marié avec une femme de Sebta, dénommée Assia Ahmed Mohamed, et il a un enfant né sur le territoire syrien, selon le dernier rapport de l’Institut de sécurité globale (ISG) élaboré par le journaliste spécialisé en mouvements jihadistes, José María Gil Garre et dont les résultats ont été rapportés par l’agence espagnole Europa Press. Selon la même source, «Kokito» aurait apporté en dot à sa femme « une ceinture bourrée d'explosifs ». Et de préciser que la relation entre Mohamed Hamdouche et Assia Ahmed a commencé via Internet il y a un an et demi tout en sachant que le frère d’Assia combattait avec Kokito en Syrie où il est mort. La jeune fille avait voyagé en Syrie en juin 2014 et l’enfant a vu le jour en mars dernier.
José María Gil Garre avait surveillé pendant des années les profils des jihadistes sur les réseaux sociaux et a pu entrer en contact avec eux. Et selon Europa Press, José María Gil Garre avait affirmé dans un rapport précédent qu’il a eu des conversations avec Mohamed Hamdouche. Il lui a demandé s’il voulait retourner en Espagne ou au Maroc, il a répondu: «Oui, je veux retourner, mais pas pour y vivre, mais en conquérant ».
La même source a indiqué que l’analyste de l’Institut de sécurité globale avait perdu le contact avec le jihadiste pendant des mois et n’avait aucune information le concernant, encore moins sa femme et son enfant, mais il a pu le localiser. Et d’ajouter que le jihadiste est au courant des informations publiées sur lui sur Europa Press.
Il a repris contact avec « Kokito », mais celui-ci s’est montré franchement « hostile » en l’insultant : « Tu es un chien,  un menteur, tu as menti. Vous êtes maintenant notre objectif et nous sommes très proches, nous te localiserons n'importe où. Toi et les gens avec lesquels tu travailles, vous allez souffrir, comme à Charlie-Hebdo. Bientôt on va te localiser. Verser ton sang est légitime ».
Le rapport indique que José María Gil Garre affirme que le jihadiste marocain se trouve en Syrie, mais il a souligné que toutes les tentatives de le localiser ainsi que sa femme et son enfant se sont avérées infructueuses. Et d’ajouter qu’un autre profil, sous le nom d’Abou Diae, a continué de proférer les mêmes menaces que « Kokito ».
La même source a indiqué qu’Abou Diae avait préalablement dit qu’il se trouvait en Syrie, mais à un moment donné, dans un accès de colère, il a défié José María Gil Garre de voyager à Sebta ou à Fnideq. « Il a assuré qu’il me violera et après quoi il me coupera la tête », a affirmé l’analyste Gil Garre. Et d’estimer que « ce Abou Diae peut opérer dans une zone comprenant Tétouan, Fnideq et Sebta ».
Par ailleurs, un rapport de l’Institut espagnol des études stratégiques a mis en garde contre les réseaux sociaux qui se sont transformés en puissant outil pour les groupes terroristes non seulement dans les campagnes de propagande, mais également dans le domaine de recrutement et d’endoctrinement de nouveaux jihadistes.
Ce rapport, élaboré par des experts du ministère de la Défense espagnole, souligne qu’en Espagne « il y a un processus de radicalisation express » de futurs jihadistes, qui se convertissent en quelques semaines à travers l’Internet et les réseaux sociaux, en terroristes potentiels aptes à perpétrer des attentats sur le territoire national ou à se déplacer en Syrie ou en Irak pour rallier Daech », a affirmé, hier, le journal « El Pueblo de Ceuta ».

T. Mourad
Mardi 29 Septembre 2015

Lu 978 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs