Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Grèce, un cas d’école




La Grèce, un cas d’école
Khalid se sent "chez lui" dans les rues d'Athènes où il vient pour la première fois, Sheila discerne des "signes encourageants" de reprise économique en Grèce, mais Clémence s'avoue "terrassée" par "l'impact humain de la crise".
Des étudiants du monde entier se pressent à Athènes ce printemps en voyages de terrain organisés par leurs universités respectives, de New York ou Paris.
Ils auscultent in situ la Grèce et sa crise, devenue un "cas d'école" aussi bien dans les facultés d'économie, que de science politique, ou de journalisme.
Centre de formation des journalistes à Paris, Master of Business Administration (MBA) à Columbia (New York) ou Campus Moyen-Orient Méditerranée de Sciences Po-Paris délocalisé à Menton: trois missions séparées venues étudier les ressorts d'une crise qui ébranle le monde.
En huit-dix jours, ils veulent voir, entendre, et surtout comprendre ce qui a bien pu se passer dans ce petit pays pour remettre en question l'idée même de construction et de solidarité européennes, et faire trembler les fondations du système financier mondial.
Mais au bout d'une semaine de rencontres avec des dirigeants politiques et économiques grecs, Khalid Esmail, 21 ans, avoue sa frustration devant la complexité balkanique du pays: "Je ne peux pas m'empêcher de me sentir encore un touriste".
Le jeune Canadien, étudiant de la branche de l'Institut d'études politiques, spécialisée sur la Méditerranée, basée à Menton dans le sud de la France, a adopté une approche radicalement anti-institutionnelle.
"J'ai choisi d'étudier le pays à travers le street art".
A travers les graffitis, les fresques, poétiques, ironiques ou sarcastiques, qui tapissent Athènes, Khalid tente de cerner la rage qu'exhalent les murs de la capitale, témoins muets d'une crise qui condamne une partie de la société grecque à émigrer et l'autre à s'appauvrir pour laver les excès et la corruption du passé.
A ses côtés, Rindala Pereverzev, étudiante syrienne de 19 ans, se dit frappée par "la question de l'identité" grecque, qui ressurgit à chaque conversation, qu'elle porte "sur la politique, l'euro, ou le street art".  Pragmatiques, Sheila Lalani, 26 ans, et Dyanna Salcedo, 30 ans, étudiantes en MBA (master en gestion d'entreprise) à l'université Columbia, ont rencontré la semaine dernière tout ce que la Grèce compte de décideurs économiques.
Même le ministre des Finances Yiannis Stournaras, en pleine crise bancaire chypriote, a tenu à recevoir le groupe d'étudiants de la prestigieuse université américaine, futurs dirigeants d'entreprise.
"Les responsables que nous avons rencontrés sont très optimistes" sur l'avenir et le développement économique de la Grèce, en récession depuis six ans. "Mon sentiment est qu'ils n'ont pas d'autre choix (...) Le pays a désespérément besoin de croissance", analyse Dyanna pour l'AFP.
Sheila, une Californienne aussi charmée par le parfum des orangers en fleurs que révoltée par les rues délabrées de la capitale, croit discerner des "signes encourageants" dans le potentiel de développement du tourisme et des infrastructures du pays.
"La question maintenant est de savoir combien de temps encore la Grèce va pouvoir supporter la récession", tempère Dyanna. "Personne ne veut penser à ce qui arriverait" si le pays ne parvenait pas à tenir ses objectifs de redressement et s'il devait quitter l'euro, dit-elle.
Pour la cinquantaine d'étudiants du Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris, le voyage en Grèce n'était pas uniquement destiné à disséquer la crise. Chaque année, ils font un stage dans un pays différent où ils publient un journal éphémère sur le web.

AFP
Lundi 15 Avril 2013

Lu 92 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs