Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Grèce soumet à l’Europe une feuille de route d’engagements de réformes

La bourse grecque bondit de 7%




La Grèce soumet à l’Europe une feuille de route d’engagements de réformes
Athènes a fait parvenir mardi à ses partenaires européens un programme de réformes, condition à la poursuite de leur soutien financier, et accueillie avec bienveillance par Bruxelles qui y voit "un point de départ valide". 
"Dans les temps", selon un tweet d'une porte-parole de la Commission européenne, le gouvernement grec a soumis à ses partenaires une feuille de route d'engagements de réformes. Celle-ci est "suffisamment complète pour constituer un point de départ valide" pour qu'Athènes et ses créanciers s'entendent sur la poursuite du financement au pays, a commenté mardi une source de la Commission européenne. La bourse grecque a bondi de plus de 7% après l'ouverture et les taux d'emprunt grecs se sont nettement détendus dans la matinée.
Commission européenne, Banque centrale européenne (BCE) et Fonds monétaire international (FMI) doivent examiner la liste, puis, sous réserve d'avis positif des trois institutions, les ministres des Finances de la zone euro en débattront lors d'une conférence téléphonique dans l'après-midi. M. Tspiras a pour sa part convoqué un conseil des ministres en milieu de journée pour étudier avec son gouvernement la mise en oeuvre de ce programme. 
Ces engagements conditionnent l'extension pour quatre mois du soutien financier des Européens et du FMI, qu'Athènes s'était résigné à demander la semaine dernière. Sans cela le programme d'aide en cours expire samedi, et le pays risque l'asphyxie financière à moyen terme.
Le gouvernement grec de gauche radicale a donné lundi soir un aperçu de sa liste. Elle comprend toute une série de mesures en faveur des plus défavorisés, conformément au programme du parti Syriza, porté au pouvoir fin janvier. 
L'ensemble de ce dispositif avait été évalué par Syriza, avant les législatives du 25 janvier, à 1,8 milliard d'euros.
Athènes promet également la lutte contre l'évasion fiscale, la corruption, la contrebande d'essence et de cigarettes et la "réorganisation de la fonction publique" pour diminuer la bureaucratie.
Les créanciers d'Athènes - qui lui ont déjà consenti depuis 2010 quelque 240 milliards d'euros de prêts en échange d'une douloureuse cure d'austérité - exigent que les mesures présentées ne remettent pas en cause la stabilité des finances publiques, et ne détricotent pas ce qui a été mis sur les rails par les précédents gouvernements. 
La pression est élevée aussi du côté des Européens. En Allemagne, où la prolongation de l'aide à la Grèce doit faire avant la fin de la semaine l'objet d'un vote du Bundestag, Chambre basse du Parlement, "beaucoup de voix critiques" se sont fait entendre. D'autres Parlements nationaux, aux Pays-Bas et en Finlande notamment, doivent se prononcer sur l'extension de l'aide.  

AFP
Mercredi 25 Février 2015

Lu 536 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs