Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Grèce parle de “mini-crise humanitaire” sur son sol




La décision prise par des pays des Balkans et d'Europe centrale de limiter le flot de migrants transitant par la région provoque une "mini-crise humanitaire" en Grèce, a déclaré le ministre grec de l'Immigration, Yannis Mouzalas. "Il est scandaleux (...) que cinq chefs de la police puissent invalider une décision des ministres de l'Union européenne en la matière", a-t-il dit à Reuters. Les chefs de la police de l'Autriche, de la Slovénie, de la Croatie, de la Serbie et de la Macédoine se sont retrouvés la semaine dernière à Skopje, la capitale macédonienne, pour examiner les moyens de renforcer les contrôles aux frontières et limiter ainsi l'afflux de migrants, ce qui provoque un engorgement en Grèce, pays où arrivent les réfugiés par la mer.
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a exhorté les pays européens à appliquer les décisions communautaires pour faire face à la crise des migrants et à prendre chacun leur part de responsabilités. "Nous n'accepterons pas que le pays soit transformé en hangar" pour êtres humains, a-t-il déclaré devant le Parlement grec. "La Grèce n'acceptera pas d'accord si la répartition des responsabilités entre les pays membres n'est pas assurée".
Alexis Tsipras a précisé qu'il allait rencontrer les dirigeants de l'opposition pour dégager une position commune avant un sommet européen consacré à cette question début mars.
A Vienne s'est tenue mercredi une réunion de ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur des Balkans, à laquelle l'Autriche n'a pas convié la Grèce, ce qui a eu pour conséquence des protestations d'Athènes.
Dans le centre de la Grèce, des migrants ont bloqué une autoroute en exigeant de pouvoir passer en Macédoine. "Nous voulons passer!", scandaient des familles, alors que les policiers grecs avaient stoppé leur convoi au niveau de la localité de Tempe.
La police grecque avait pour consigne mercredi d'arrêter les autocars conduisant des migrants vers Idomeni, à la frontière avec la Macédoine.
"Personne ne partira pour Idomeni aujourd'hui. Je ne permettrai à aucun car de partir pour le Nord tant que Skopje n'autorisera pas les gens à passer la frontière", a dit à Reuters un responsable du ministère grec de l'Immigration, Konstantinos Louziotis.
Des journalistes de Reuters ont vu d'autres groupes de migrants rassemblés dans des stations-service et des motels, le long des 530 km de route entre Athènes et la Macédoine.
Les gardes ont ouvert la frontière pendant une heure mercredi matin, ne laissant passer qu'une centaine de personnes.
Dans la matinée, 1.600 migrants sont arrivés en Grèce continentale par bateau, en provenance d'îles de la mer Egée proches des côtes turques.
Le Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a estimé que les restrictions imposées par certains pays des Balkans au déplacement des migrants étaient contraires aux droits fondamentaux.
"Ces restrictions, qui sont probablement contraires aux règles européennes, le sont certainement par rapport aux lois fondamentales sur la protection des réfugiés", a-t-il dit à la presse à Athènes.
Les dirigeants de l'Union européenne auront le 7 mars un sommet avec la Turquie sur la crise migratoire, ont confirmé au Parlement européen le président du Conseil européen, Donald Tusk, et celui de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.
Le gouvernement hongrois a pour sa part décidé d'organiser un référendum sur les quotas de migrants imposés par l'Union européenne aux Etats membres. Pour le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, l'imposition de ces quotas ne peut que bouleverser les équilibres ethniques, culturels et religieux de l'Europe.

Libé
Vendredi 26 Février 2016

Lu 565 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs