Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Grèce face au dilemme de la recapitalisation de ses banques











Berlin veut que les créanciers paient la facture mais aussi
le Mécanisme européen de Stabilité



Les banques grecques s'apprêtent à laisser les contrôles de capitaux en place pendant plusieurs mois, jusqu'à l'arrivée d'argent frais de la part des partenaires européens d'Athènes, en même temps qu'une restructuration en profondeur du secteur.
Le redressement des banques grecques soulève un difficile dilemme: la zone euro doit-elle prendre une part du capital des établissements de crédit du pays après avoir demandé aux détenteurs d'obligations et même aux gros déposants d'accepter des pertes, ou bien le coût de recapitalisation des banques doit-il s'ajouter à la montagne de dettes qui pèse sur la Grèce?
La réponse à cette question pourrait retarder la conclusion d'un accord pour un troisième plan de sauvetage du pays que les négociateurs veulent boucler dans les semaines qui viennent.
Plus les négociations dureront et plus la situation des banques se dégradera alors même que le plafond de 420 euros par semaine fixé pour les retraits d'argent étouffe l'économie du pays et la capacité des débiteurs à rembourser leurs emprunts.
Le gel des capitaux ne devrait pas disparaître de si tôt, même si les contrôles pourraient être légèrement assouplis comme c'est le cas depuis vendredi pour les transferts d'argent à l'étranger des entreprises.
Le débat est lié à ceux sur les réformes structurelles à mener dans le pays, sur la souveraineté de la Grèce face aux contrôles de ses créanciers européens et sur la question de savoir si l'économie du pays peut se redresser avec une dette de 300 milliards d'euros, bien plus importante que son PIB annuel.
Si la Grèce obtient une nouvelle aide de 25 milliards d'euros pour ses banques -- le montant estimé nécessaire pour recapitaliser le secteur -- celle-ci s'ajoutera à sa dette que le Fonds monétaire international juge excessive et insoutenable. 
Les responsables grecs, qui s'inquiètent de la spirale baissière dans laquelle s'enfonce l'économie, demandent un déblocage urgent de fonds pour leurs banques.
Quatre grandes banques dominent en Grèce. Parmi elles, la Banque nationale de Grèce, Eurobank et la Banque du Pirée ont échoué aux tests de résistance de la Banque centrale européenne (BCE) l'an dernier, avant la prise en compte de leurs plans de restructuration. La situation s'est beaucoup dégradée depuis.
Mais les autres négociateurs, y compris l'Allemagne, sont réticents et pourraient au contraire faire pression pour que les gros déposants, qui détiennent plus de 100.000 euros, ou les détenteurs d'obligations, contribuent au sauvetage des banques.
Les gros dépôts représentent au total plus de 20 milliards d'euros dans les comptes des quatre principales banques grecques, alors que les obligations émises par ces banques ne représentent que trois milliards d'euros.
Le ton est tout autre à Berlin où certains veulent non seulement que les créanciers paient la facture mais aussi que le Mécanisme européen de stabilité ne prenne aucune participation directe et qu'Athènes se charge de refinancer ses banques.
Une des options, selon des responsables de la zone euro, est néanmoins une recapitalisation directe des banques par le MES en échange d'une part de capital et donc d'un contrôle plus étroit.
Athènes voudrait les fonds sans les contraintes.

Libé
Mardi 28 Juillet 2015

Lu 226 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs