Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Grande-Bretagne inquiète de la crise de la zone euro : Londres tente de sortir de son isolement au sein de l'UE




David Cameron s'est entretenu mercredi avec plusieurs dirigeants européens considérés comme des alliés potentiels susceptibles de sortir la Grande-Bretagne de son isolement au sein de l'Union européenne. Le Premier ministre britannique s'est opposé lors du dernier sommet de l'UE le 9 décembre à l'élaboration d'un nouveau traité intergouvernemental sur un renforcement de l'intégration économique au sein de l'UE. Ce projet, destiné à garantir la pérennité de la zone euro, a été endossé par les 26 autres pays de l'UE. David Cameron s'est entretenu au téléphone mardi avec son homologue irlandais Enda Kenny puis, mercredi, avec le Tchèque Petr Necas et le Suédois Fredrik Reinfeldt, a dit le porte-parole du chef du gouvernement britannique. A Londres, la République tchèque et la Suède sont perçues comme des opposantes potentielles au projet d'intégration fiscale au sein de l'UE. L'Irlande est pour sa part préoccupée par une proposition de taxe sur les transactions financières au niveau européen, susceptible de nuire à son secteur financier tout en épargnant sa voisine britannique. Lors du sommet de Bruxelles, David Cameron a précisément réclamé des garanties pour préserver la City de Londres, qui lui ont été refusées. Lors de ses conversations avec ses homologues européens ces deux derniers jours, le Premier ministre britannique a déclaré que, sans ces garanties, il était préférable que les 17 pays de la zone euro concluent un accord entre eux en dehors du cadre du traité de Lisbonne, qui lie les 27 pays de l'UE. Cameron a déclaré que "la Grande-Bretagne (...) souhaitait trouver la voie juste qui préserve le rôle particulier de l'UE et de ses institutions en tant que gardiennes des traités et du marché unique", a dit un porte-parole du 10, Downing Street.
Londres s'inquiète que les institutions de l'UE, qui concernent 27 pays, servent à garantir la mise en œuvre d'un accord ne concernant que les 17 pays de la zone euro. "Dans chacune de leurs conversations téléphoniques, les dirigeants sont convenus de poursuivre leur étroite coopération sur les questions européennes, en particulier en faveur de l'emploi et de la croissance via le marché unique. Ils sont convenus que la priorité de l'économie européenne consistait toujours à mettre en œuvre une action globale et résolue pour faire face à la dette et accroître la compétitivité", a dit le porte-parole de David Cameron. Plusieurs pays non-membres de la zone euro ayant donné leur accord à un nouveau traité intergouvernemental, tels la Suède, la Hongrie et la République tchèque, doivent obtenir l'accord de leur parlement avant d'adhérer officiellement au projet. David Cameron s'est également entretenu mercredi avec des parlementaires de son Parti conservateur, formation largement eurosceptique. D'après un dirigeant conservateur cité par The Guardian, David Cameron a assuré qu'il était "hors de question" que la Grande-Bretagne se retrouve seule face aux 26 autres Etats membres de l'UE. "Il y a un certain nombre d'autres pays qui ne sont pas convaincus par ce à quoi on leur demande d'adhérer", a dit cette source. Un porte-parole de David Cameron a refusé de commenter ces propos.

REUTERS
Vendredi 16 Décembre 2011

Lu 585 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs