Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Grande-Bretagne accueille Xi Jinping à bras ouverts




Cette chaleur réciproque contraste avec les frictions apparues lors de la visite du président chinois aux Etats-Unis



Les dirigeants chinois et britanniques ont fait assaut d'amabilités, avec à l'esprit la volonté commune de développer les relations commerciales entre leurs deux pays, avant le début lundi soir d'une visite d'Etat de quatre jours du président chinois Xi Jinping en Grande-Bretagne.
Des deux côtés, on n'hésite pas à évoquer un "âge d'or" entre la Chine et la Grande-Bretagne.
Pour le Premier ministre britannique David Cameron, qui s'est exprimé à la télévision centrale chinoise, cette visite, la première d'un président chinois depuis 2005, "sera un moment très important dans les relations sino-britanniques, qui sont très bonnes, quelque chose comme un âge d'or dans notre relation".
Xi Jinping juge lui aussi que cette visite pourrait marquer le début d'un "âge d'or" dans les relations bilatérales.
Dans une réponse écrite à des questions adressées par Reuters, le président chinois souligne: "Le Royaume-Uni a déclaré qu'il serait le pays occidental le plus ouvert à la Chine. C'est un choix visionnaire et stratégique qui correspond pleinement aux intérêts à long terme de la Grande-Bretagne."
"La Chine est impatiente de collaborer avec le Royaume-Uni sur un plan plus étendu, à un niveau plus élevé et de manière plus profonde", ajoute-t-il.
Cette chaleur réciproque contraste avec les frictions apparues lors de la visite de Xi le mois dernier aux Etats-Unis, où les soupçons de piratage informatique et les revendications territoriales de Pékin en mer de Chine méridionale ont été au coeur des discussions.
Au cours de sa visite en Grande-Bretagne, Xi Jinping et son épouse Peng Liyuan séjourneront au palais de Buckingham en tant qu'hôtes de la reine Elizabeth, qui donnera un banquet officiel en leur honneur.
La Grande-Bretagne a été en début d'année l'un des premiers pays occidentaux à adhérer à la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (AIIB), une institution créée par la Chine et perçue avec méfiance par les Etats-Unis. 
Lors d'une visite en Chine le mois dernier, le ministre britannique des Finances, George Osborne, s'est efforcé de convaincre les entrepreneurs chinois d'investir en Grande-Bretagne tout en ayant, selon l'expression des médias chinois, la "bienséance" de ne pas insister sur la question des droits de l'Homme.
David Cameron espère que son choix politique se traduira par une évolution portant "sur l'investissement dans les infrastructures, sur les entreprises chinoises qui embauchent des gens et qui créent des emplois" en Grande-Bretagne.
"Mais je pense que c'est aussi une grande victoire pour la Chine d'avoir accès à un pays qui est un membre de premier plan de l'UE et qui jouit de nombreux autres contacts et rôles à travers le monde", a ajouté le Premier ministre britannique.
Xi Jinping exhorte de son côté la Grande-Bretagne à accorder aux entreprises chinoises les mêmes chances qu'aux autres concernant leur accès à son marché, alors que la Chine s'efforce de percer à l'étranger dans le domaine du transport ferroviaire à grande vitesse ou dans le secteur nucléaire.
Parmi les accords commerciaux susceptibles d'être conclus au cours de cette visite, l'un d'eux concerne la participation de deux groupes chinois au financement de la centrale nucléaire britannique d'Hinkley Point, un projet piloté par la filiale locale d'EDF et estimé à 16 milliards de livres (21,6 milliards d'euros).
Vincent de Rivaz, directeur général d'EDF Energy, a qualifié la visite de Xi Jinping d'"occasion opportune" de sceller un accord.
Xi Jinping souligne aussi que la Chine est prête à renforcer sa coopération financière avec Londres, qui espère devenir une plateforme d'échange majeure pour les transactions sur le yuan.
Londres pourrait aussi devenir la première place financière hors de Chine et de Hong Kong à accueillir des émissions d'obligations souveraines chinoises.
"Quand les conditions seront réunies, la Chine est prête à envisager un renforcement de la connexion des marchés financiers des deux pays", dit Xi Jinping.

Lundi 19 Octobre 2015

Lu 717 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs