Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La France seule sur le front malien


Soutien de
principe du Conseil
de sécurité



La France seule sur le front malien
L’armée française a mené dans la nuit de lundi à mardi des frappes aériennes sur la localité de Diabali (ouest du Mali) dans laquelle étaient entrés les islamistes lundi, a appris l’AFP de source sécuritaire malienne. «Des avions (français) ont mené cette nuit des frappes sur la zone de Diabali: au moins cinq islamistes ont été tués et plusieurs blessés», a indiqué cette source. Un habitant d’une localité voisine a déclaré avoir vu des islamistes armés en fuite après ces frappes. Le président François Hollande a annoncé mardi à Abou Dhabi un renforcement du dispositif militaire français au Mali, en attendant l’arrivée de forces africaines pour contrer les groupes armés islamistes.
«Pour l’instant, nous sommes à 750 hommes et ça va encore augmenter (...) pour qu’ensuite le plus rapidement possible nous puissions laisser la place aux forces africaines», a déclaré M. Hollande aux journalistes lors d’une visite à la base navale «Camp de la Paix» où sont déployés des soldats français.
La France va «continuer à avoir des forces au sol et dans les airs», a ajouté le président français, selon lequel le déploiement de la force africaine «va prendre une bonne semaine».
La France a informé  ses partenaires du Conseil de sécurité des progrès de son intervention au Mali contre les groupes islamistes du Nord et obtenu leur soutien de principe même si certains s’interrogent sur la suite des événements. À l’issue de consultations à huis clos au Conseil, l’ambassadeur français à l’ONU Gérard Araud s’est félicité de «la compréhension et du soutien de tous les partenaires» de la France. «Tous nos partenaires ont reconnu que la France agit en conformité avec la légalité internationale et la charte de l’ONU», a-t-il déclaré à la presse. Il a réaffirmé que la priorité pour la France était «la mise en œuvre rapide de la résolution 2085 de l’ONU» adoptée le 20 décembre dernier.
Cette résolution autorise le déploiement à terme d’une force internationale, essentiellement africaine - baptisée Mission internationale de soutien au Mali (Misma) - pour reconquérir le Nord du Mali, aux mains d’islamistes armés. Elle prévoit aussi un processus de réconciliation politique à Bamako et des négociations avec les rebelles du Nord qui se dissocieraient du terrorisme. L’opération Serval doit «encourager ce processus politique», a estimé l’ambassadeur. «L’intervention française est le résultat d’une urgence, mais une fois arrêtée l’offensive (des islamistes), nous devons mettre en œuvre la résolution 2085 dans toutes ses dispositions, dont le processus politique.»

AFP
Mercredi 16 Janvier 2013

Lu 465 fois


1.Posté par Rachidi le 17/01/2013 09:02
La lutte contre le terrorisme doit faire réagir tous les pays épris de démocratie pour lutter contre cette gangrène et non un seul.Mais il est vrai hélas qu'en politique c'est les interets de chacun d'abord.
Le Mali n'est pas l'Irak alors pourquoi se bousculer...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs