Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La France se dit attentive aux droits de l'Homme, en Tunisie




La France se dit attentive aux droits de l'Homme, en Tunisie
Le président François Hollande a déclaré jeudi soir devant quelques dizaines de jeunes Tunisiens engagés dans les milieux associatifs que la France était "attentive à certaines situations" personnelles au regard des droits de l'Homme en Tunisie.
"J'ai dit aux autorités tunisiennes que la France était attentive à certaines situations, celles que vous avez évoquées", a déclaré le chef de l’État français lors de cette rencontre organisée en plein air au lycée Gustave Flaubert de Tunis.
François Hollande était interrogé sur le rappeur tunisien Weld El 15, condamné mardi en appel à une peine avec sursis après avoir écopé de deux ans ferme en première instance pour une chanson insultant la police, et sur celui d'un jeune militant athée, Jabbeur Mejri, condamné en mars 2012 à sept ans et demi de prison pour avoir publié sur sa page Facebook des caricatures du Prophète Mohamed. Il était également interrogé sur le cas d'Amina Sbouï, une jeune Tunisienne se revendiquant du mouvement féministe Femen, en détention depuis la mi-mai pour avoir écrit "Femen" sur le muret d'un cimetière en signe de protestation contre un rassemblement salafiste.
"Comment l'admettre dans le pays qui a justement permis l'émancipation de la femme", s'est interrogé le président français.
Pour François Hollande, "le meilleur service" que l'on puisse "rendre à la Tunisie, sans ingérence, c'est de dire que quand on veut faire une révolution, la transition vers la démocratie, quand on veut une Constitution qui sera une référence pour l'ensemble de la région et du monde arabe, alors il convient d'anticiper".
Il s'agit, a-t-il développé, "de faire en sorte que celles et ceux qui ont exprimé simplement une position, revendiqué une liberté, puissent être épargnés de toute procédure". A la veille de sa visite à Tunis, le président français avait été appelé par plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme à faire pression sur Tunis pour protéger la liberté d'expression en Tunisie.

Libé
Vendredi 5 Juillet 2013

Lu 86 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs