Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La France se contente de saluer l’envoi de militaires américains en Afghanistan : La Grande Bretagne dépêchera 500 soldats supplémentaires




La France se contente de saluer l’envoi de militaires américains en Afghanistan : La Grande Bretagne dépêchera 500 soldats supplémentaires
Nicolas Sarkozy a salué mercredi le discours “courageux” de Barack Obama sur l’Afghanistan et réaffirmé l’engagement de la France aux côtés des alliés sans pour autant se prononcer clairement sur l’envoi d’éventuels renforts.
Le président américain a annoncé mardi soir l’envoi de 30.000 soldats américains supplémentaires et exhorté les pays membres de la coalition à renforcer également leur contingent.
Alors qu’il avait semblé opposer en début de semaine une fin de non-recevoir aux demandes américaines, le président français a laissé mercredi la porte ouverte à l’envoi de possibles renforts.
Dans un communiqué, il déclare que Paris “examinera sa contribution à la stratégie internationale” après la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Alliance atlantique, jeudi et vendredi à Bruxelles, et la conférence de Londres sur l’Afghanistan prévue le 28 janvier 2010.
Selon Le Monde, Barack Obama aurait réclamé à la France l’envoi de 1.500 soldats supplémentaires en Afghanistan, un chiffre jugé “extrêmement fantaisiste” par un haut diplomate de l’Otan.
A l’heure actuelle, 3.400 soldats français opèrent sur le sol afghan ainsi que 150 gendarmes dans le cadre d’une mission de la force européenne de gendarmerie et des policiers sous bannière de l’Union européenne.
Nicolas Sarkozy juge dans le communiqué le discours de Barack Obama “courageux, déterminé et lucide” et estime qu’il “donne un nouvel élan dans l’engagement international et ouvre de nouvelles perspectives”.
“Le Président de la République lui apporte son plein soutien et appelle tous les pays qui veulent aider le peuple afghan à y adhérer”, poursuit le communiqué de l’Elysée.
Le chef de l’Etat réaffirme que Paris donnera “la priorité à la formation des forces de sécurité afghanes” tout en faisant valoir que la France a déjà “fortement accru son engagement civil et militaire depuis deux ans”.
Dans un entretien au Figaro en octobre, Nicolas Sarkozy avait dit que la France n’enverrait pas “un soldat de plus” en Afghanistan et que sa conviction était qu’il fallait “davantage de soldats afghans”.
“Notre objectif est que les Afghans puissent vivre dans un pays pacifié et souverain. La stabilité de l’Afghanistan comme celle du Pakistan sont essentielles pour la paix du monde et pour notre propre sécurité”, ajoute-t-il dans le communiqué.
“C’est pour cela que la France restera fermement engagée, avec ses alliés, aussi longtemps que nécessaire, aux côtés du peuple afghan.”
L’Elysée précise que la France va apporter “un soutien renforcé au Pakistan voisin dans sa lutte contre les forces de déstabilisation qui menacent toute la région”, sans donner de détails sur la nature de cette assistance.
Par ailleurs, le Parti communiste français et l’ancien patron du Parti socialiste se sont opposés mercredi à l’envoi éventuel de renforts en Afghanistan par Paris.
“L’échec de la stratégie de l’Otan est chaque jour plus criant. Il serait inacceptable que la France choisisse de s’aligner sur l’administration des Etats-Unis dans cette stratégie belliqueuse en participant de quelque manière à l’envoi de nouvelles troupes”, déclare le Parti communiste dans un communiqué.
François Hollande, ancien Premier secrétaire du parti socialiste, a déclaré que non seulement Paris devait refuser des soldats mais aussi changer la mission actuelle.
“Nous ne devons pas envoyer de troupes supplémentaires et surtout, nous devons changer la mission. Le risque de la décision d’Obama, c’est l’escalade, envoyer sans cesse plus de troupes pour maintenir un ordre de plus en plus précaire”, a-t-il dit sur France 2.
Du côté d’outre manche, le Premier ministre britannique, Gordon Brown, a appelé mercredi les pays membres de la coalition en Afghanistan à soutenir le plan du président américain Barack Obama.    
“J’appelle tous nos alliés à s’unir derrière la stratégie du président Obama”, a déclaré Brown qui a confirmé lundi que son pays va dépêcher 500 hommes supplémentaires, portant à 9.500 le nombre de soldats britanniques déployés dans le pays.
“La Grande-Bretagne va continuer à jouer pleinement son rôle en tentant de convaincre les autres pays d’offrir des troupes à la campagne en Afghanistan”, a-t-il ajouté.
Pour Brown, la prochaine étape vitale sera la conférence sur l’Afghanistan et à laquelle sont conviées les 43 nations participant à l’engagement militaire sous l’égide de l’Otan.
A cette occasion, seront discutées les questions du passage sous contrôle afghan des provinces, du soutien “aux engagements du président Hamid Karzaï pour reconstruire l’armée et la police afghanes” et un soutien renforcé des partenaires internationaux à Kaboul, a-t-il précisé.

Reuters
Jeudi 3 Décembre 2009

Lu 637 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs